Catalogue
Dialogue
recherche
Informez-moi
faire-suivre à un ami
Contact
Retour accueil
Imprimer
Imprimer
Catalogue

PayPal - Paiement en ligne

simple et sécurisé !


Pour soutenir Trazibule
 

Recherche

Mot ou texte entre guillemets à rechercher :
Soit en local sur ce site (précis): (aide) Icone envoisimple-2


Soit via Google sur ce site
(Aide) Icone envoisimple-1
 

Svp enregistrez cet émail:

pour recevoir les nouvelles pages
ou le journal de ce site.


Icone envoiplat-3

 

Faire suivre cette page

Destinataire       
Son email          
De la part de     
Commentaires  

Icone envoiplat-2

Email pour nous contacter
courriel@trazibule.fr

Comment améliorer ce site
le traduire en d'autres langues
ou l'agrémenter de dessins et photos.
Avez-vous des suggestions ?


Vers la page d'accueil

Icone envoiplat-1
 
Mon opinion sur cette page: aide Page mise à jour le
07-12-2019 à 19:45
 avis   img
0
 avis   img
0
 avis   img
0
 avis   img
0
 avis   img
0
 avis   img
0
 avis   img
0
 avis   img
0
Cochez puis envoyez vos avis, (nombre d'avis reçus affiché)
(Evaluation remise à zéro si l'article est très modifié.).

envoi
  Ma réponse à cette page: Qu'en pensez-vous ?
Mon nom ou pseudo envoi
Email pour une réponse
 

trait
   
    bandeau-defaut
Réflexions économiques.

trait

Boulot, travail, métier, salariat, embauche, emploi,


Est-ce que l’on ne confondrait pas travail, métier et salariat ? Comme souvent cela me choque, je propose ces définitions sommaires :

  • Le travail est ce qui est utile à soi et aux autres

  • Le métier et ce que l’on a envie de faire de sa vie

  • Le salariat est ce qui est utile à l’entreprise

Exemple : Faire son ménage ou vider ma fosse septique est utile mais je n’ai pas envie de le faire et cela ne rapporte pas à une entreprise, apprendre pour l’étudiant, organiser une association, etc relève plutôt de ce mot "travail". Nécessaire, souvent pas très agréable, la satisfaction du travail accompli dépend de son utilité tant que de l'énergie consacrée.

Consacrer sa vie durant à améliorer une expression artistique, ou décider d’être aviateur, ou agriculteur, a quoi vouloir employer sa vie, quel métier nous convient le plus. C’est un choix individuel et personnel. Le métier est liée aux notions de vocation, la spécificité de la compétence individuelle donne un statut spécial à ceui qui exerce un métier.

Le salariat est décidément consacré à un employeur, qui vous soumet dans un rapport plus ou moins tolérable aux buts de l’entreprise, or l’entreprise n’a officiellement qu’un but, le profit nécessaire à sa survie, et même une augmentation permanente de profit nécessaire contre la concurrence. Ce qui impose cette dictature de la « croissance ». Or ce profit n’est mesuré qu’en terme quantitatif, et uniquement par le regard des propriétaires de l’entreprise. A tel point que l’entreprise cherche à faire le plus de profit possible pour le moins d’emplois possible.

Alors intervient le machinisme pour le plus grand profit des propriétaires de l’entreprise au détriment du nombre de salariés. (voir ce petit texte sur l'évolution de notre économie)

Mais nous n’avons pas besoin de plus de quantité de vie mais de plus de qualité de vie.

Alors nous devons parler seulement de ce travail qui est nécessaire et utile à notre qualité de vie, donc l’entreprise doit avoir le rôle d’entreprendre en cherchant de meilleurs produits utiles et une organisation permettant une façon plus efficace de travailler. Le but n’est donc pas plus de profit mais plus d’utilité sociale de l’entreprise: fabriquer des objets utiles et durables et non des marchandises fragiles et vendables, afin de réduire le travail désagréable et consacrer sa vie au plaisir du métier qui nous convient.

Si vous évaluez l’utilité sociale d’une entreprise d’armement et celle d’une association caritative, vous inversez totalement et utilement leurs importances respectives dans notre environnement économique pour le plus grand bien de tous et de notre planète.

Non ce n’est pas une fumeuse théorie, cela se traduit très concrètement à remplacer la comptabilité évaluant les profits de l’entreprise par une comptabilité évaluant son utilité sociale. Comme le but est la qualité de vie cela impose d’apprendre enfin à travailler avec des notions d'évaluation qualitatives. D’ailleurs quand on exprime le désir de revaloriser le travail, il me semble que l’idée de qualité humaine est prépondérante sur la seule évaluation salariale.

Voilà un moyen pour changer notre façon de nous réorganiser économiquement,
En connaissez vous d’autres ?

Page écrite le 23/05/2013

trait

trait
   
    image     image     image trait

Commentaires et dialogues pour cette page

trait





traitimage     image     image