Catalogue
Catalogue
recherche
Informez-moi
faire-suivre à un ami
Contact
Retour accueil
Imprimer
Imprimer
Catalogue

PayPal - Paiement en ligne

simple et sécurisé !

Pour soutenir Trazibule
 

Recherche

Mot ou texte entre guillemets à rechercher :
Soit en local sur ce site (précis): (aide)


Soit via Google sur ce site
(Aide)
 

Svp enregistrez cet émail:

pour recevoir les nouvelles pages
ou le journal de ce site.



 

Faire suivre cette page

Destinataire       
Son email          
De la part de      
Commentaires  


Email pour nous contacter
courriel@trazibule.fr

Comment améliorer ce site
le traduire en d'autres langues
ou l'agrémenter de dessins et photos.
Avez-vous des suggestions ?

Mon opinion sur cette page: (aide) Page mise à jour le
07-09-2014 à 20:52
 avis  pixel
0
 avis  pixel
0
 avis  pixel
0
 avis  pixel
0
 avis  pixel
0
 avis  pixel
0
 avis  pixel
0
 avis  pixel
0
Cochez vos avis puis 'ENVOI', (nombre d'avis reçus est affiché)
(Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).
  Ma réponse à cette page: Qu'en pensez-vous ?
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé

trait
   
    bandeau-defaut
Le monde change...

trait

Retour de voyage

Je rentre de voyage et je suis très inquiet : après plus de 2000 kilomètres en voiture, mon pare-brise est propre, pas de moustiques, de papillons, ou autres insectes écrasés. Autrefois pare-brises et calandres étaient très rapidement couverts d’insectes morts. L’atmosphère est devenue vide de vie.

Mais si, il y avait de la vie, des files de touristes saturent les autoroutes.

Je rentre d’une course en montagne, la même course que je faisais quand j’étais adolescent et je suis très inquiet : Je n’ai plus vu ces nombreux choucas voler entre les arêtes, ni les moustiques ou insectes emportés par les vents de la vallée et qui gelés constellent dans la neige. Et si peu d’oiseaux….

La montagne est vide de vie.

Mais si, il y avait de la vie, des files de sportifs saturent les sentiers.

Je suis passé par l’alpage, les troupeaux de moutons ont remplacé les quelques vaches d’autrefois, beaucoup trop nombreux pour l’herbe qui n’arrive plus à repousser suffisamment, rentabilité oblige, l’érosion va pourvoir agir à sa guise. Mais étrange, autrefois avec les moutons il y avait plein de mouches, là aucune, où sont-elles, qu’est ce qui les a détruit ? Et où sont passées les sauterelles ?

Dans la forêt, silence profond, pratiquement pas de chants d’oiseaux, par même le tac-tac des piverts qui résonnent si loin, aucun limace ni escargots sur le chemin. Mêmes les toiles d’araignées semblent absentes. Je n’ai même pas vu beaucoup de fourmis. Reste des troncs coupés écorcés et des traces d’engins qui gravent les sentiers.

La forêt est vide de vie.

Ah si de nombreux humains, courent le plus vite possible pour aller… nulle part juste dépasser leur propre chronomètre.

Dans ma rue, quelques rares martinets se poursuivent encore mais où sont les vols de martinets et d’hirondelles si fournis de mon enfance ?

La ville aussi est vide de vie.

Seuls prolifèrent certaines espèces pigeons et rats d’égouts, chats et chiens et humains…

Si les insectes ont disparu des campagnes et des montagnes, c’est toute la chaine alimentaire des autres espèces qui est atteinte. Mais il faut des années de vie pour se rendre compte de l’ampleur des différences, les jeunes ne peuvent pas avoir ces souvenirs qui révèlent l’ampleur de la destruction, comment peuvent-ils comprendre ? Les insectes sont pensés comme des nuisances, éliminer mouches araignées et moustiques leur semble nécessaire à leur confort oubliant qu’ils sont aussi nécessaires à leur survie.

Quel homme politique pourrait décider de supprimer une zone industrielle pour remettre en place des marais dit « insalubres » pourtant si nécessaires à la chaine alimentaire et aux processus hygrométriques.

Pourtant il le faudrait…

Page écrite le 27-05-2014

trait

 

trait
   
    image     image     image trait

Commentaires et dialogues pour cette page

trait



traitimage     image     image