Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
PayPal - Paiement en ligne
simple et sécurisé !
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page


De la part de

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


courriel@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/monnaie.jpg
 
Apprenons à revenir dans notre réalité, l'utilité vaut mieux que la rentabilité !



Le culte de la marchandise nous a fait oublier l'utilité de l'objet.


J’achète des pommes belles et brillantes, mais les analyses me disent qu’elles ont perdu leurs qualités nutritionnelles, et leur goût déçoit. C’est si facile de chiffrer un tonnage et une marge, plus en tout cas que de mesurer une saveur. Notre économie ne s’intéresse qu’aux quantités, la qualité n’ayant qu’une valeur d’accroche publicitaire, le bénéfice pour le producteur prime sur l’utilité ou le plaisir pour tous.

Un client actuel a plus de plaisir à s’offrir un nouvel habit qu’à entretenir l’ancien, les publicités font tout pour donner cette illusion de bonheur à la nouvelle acquisition.

Une marchandise rapporte quand elle change de main, un objet est utile quand il est bien adapté et qu’il dure longtemps. Mais un objet utile, pratique et bien entretenu est plus « rentable » pour tous qu’une marchandise, qui n’est « rentable » qu’au commerce et à l’industrie ? Et sous prétexte d’emploi toute notre économie nous pousse vers cette mauvaise route à grand renfort de messages publicitaires qui encrassent tous nos moyens de communication et même gâchent nos échanges culturels.

Malheureusement pour nous et l’environnement, toute l’économie est fondée sur la marchandise au point que l’objet vraiment utile et durable est banni des rayons. Pourtant la marchandise gaspille les ressources, nos temps de travail et sature nos poubelles : Notre modèle économique est fondamentalement pervers et il s’est malheureusement imposé à nos façons de concevoir nos échanges.

De même les salariés sont vraiment rentables quand ils changent d’entreprise, car cela nécessite une renégociation de leurs conditions, et un accroissement de leur nécessaire soumission, alors que l’ancien fidèle se rend indispensable, ses compétences concurrences même celles de ses chefs et il peut exiger des contreparties. Le salarié est devenu une marchandise.

De même encore les entreprises sont rentables quand elles changent de propriétaire d’où ces délires boursiers et ses commerces d'actions. Les entreprises sont plus lucratives à servir de marchandise, que de servir d’outil de production.

C’est cette différence entre l’objet et la marchandise qui s’applique même aux décisions municipales :

Les élus d’une cité se croient au mieux « responsables de son évolution » et souvent pire « propriétaires de la ville », mais très rarement représentants de leurs citoyens, ce qu'ils sont réellement d'après les principes républicains.

Construire un nouvel équipement cela se voit, une nouveauté qui marquera leur action, alors qu’entretenir les équipements existant passe inaperçu. Alors ils décident, mais entre la création d’un nouvel équipement et l’entretien de l’existant, ils vont vite faire leur choix.

C’est la même différence entre l’objet et la marchandise. Résultat nos villes s’épuisent dans des changements coûteux, énergivores mais visibles et abandonnent ce qui pourtant fait le bonheur quotidien ordinaire des habitants. A grand renfort médiatique, les élus se font remarquer en étalant ce qui précisément ennuie tout le monde par des travaux incessants qui souvent détruisent l’histoire même de leur ville. Cela revient à casser ce qui fonctionne juste pour un effet visible de changement !

Il est sage d’entretenir ses objets pas de s’épuiser à acquérir de nouvelles marchandises. Notre façon de gérer ce qui nous entoure doit être détruite sinon ce qui nous entoure nous détruira.

Nous devons penser autrement, avoir une toute autre conception de nos échanges économiques :
Nous devons remplacer rentabilité par équilibre,
Substituer une économie de l’utilité à celle du résultat,
Revenir à la qualité du réel et oublier la quantité du chiffre.
Une économie de l’échange mais plus celle de l’appropriation.

Page écrite le 26-11-2019



               

Mon opinion sur cette page:
(aide) Page mise à jour le
28-11-2019 à 20:16
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

0

0

0

0
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Ajouter un commentaire.