Votre navigateur n'accepte pas JavaScript ?
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
PayPal - Paiement en ligne
simple et sécurisé !
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page


De la part de

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


courriel@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/grece.jpg
 



Qu’est ce qu’un Pays ?



Souvent le mot « pays » revient dans les discours pour galvaniser les citoyens en leur inculquant la fierté de leur nation souvent évoquée en concurrence avec les autres pays.

Or un pays n’est que l’idée que l’homme se figure d’un territoire donné. Vu par un loup, un aigle ou un avion, nulle frontière n’est réelle c’est juste une décision d’hommes qui se sont partagés un espace en s’appropriant un territoire.

Mais pas n’importe quels hommes, seulement les plus puissants d’entre eux qui souvent se tiennent dans des capitales aussi loin que possible de ces frontières qu’ils ont eux même tracées avec beaucoup de difficultés sachant qu’ils sont rarement d’accord entre eux. Parfois même ils en viennent aux mains, oh non, pas entre eux, ils se connaissent, mais via leurs propres populations qu’ils envoient à la guerre.

Dans les campagnes où la frontière passe il faut avoir l’œil pour se rendre compte que l’on a passé une frontière et changé de pays car les différences sont minimes et souvent limitées à des détails administratifs, panneaux de circulations ou pancartes.

Alors si un « pays » n’est qu’une idée, alors l’appartenance à ce pays revient à appartenir à cette idée. Aucun fait objectif flagrant ne justifie qu’on soit vraiment de ce pays ou d’un autre. Même le fait réel d’être né par hasard sur le territoire d’un pays n’a de sens que si la frontière était immuable or souvent frontières varient. Et parfois certains naissent en voyage alors la naissance n’est pas un critère.

Donc si un pays n’est qu’une idée, être de la nationalité d’un pays revient à dire avoir une reconnaissance envers cette idée et cela refuse l’idée de droit du sol, ou celle de droit du sang.

Et si être national d’un pays est de reconnaitre son mode de vie, ses principes, sa constitution, alors peu importe où nous habitons pour être de ce pays là. D’ailleurs des ultramarins se reconnaissent français même s’ils vivent à l’autre bout du monde, et certains migrants, administrativement de nationalité française, donnent parfois l’impression d’être plus attachés à leur ancien pays qu’à celui où ils sont inscrits.

Donc si chacun se choisi comme pays celui qui pratique le modèle de vie collective qui lui plait le plus, alors l’idée de frontière n’a plus qu’un sens symbolique, et faire des guerres pour ce symbole n’a guère de sens ( déjà qu’elles n’en avaient guère, reste que les fortunes de certains pour les justifier ). Il ne reste qu’une rivalité entre idées, entre modèles sociaux.

Dans cette concurrence entre modèles de gouvernements, c’est celui qui recrutera le plus d’adeptes qui devrait pouvoir se développer dans les esprits même si ce n’est pas dans les territoires. Mais les autres font tout pour interdire ce choix de nationalité.

Pour imposer ces nationalités, une langue, une culture, une histoire peuvent servir de lien à tous mais c’est juste un outil accessoire, souvent l’autorité d’une loi est nécessaire pour l’imposer au-delà de toute liberté de choix à ses habitants.

En conclusion :

Définition de la nationalité : Elle n’est issue ni du sol, ni du sang, mais du choix qu’un homme libre fait parmi les différents modèles de constitutions qui lui sont proposés ou ceux qu’ils auront envie de s’inventer.

Définition d’un « pays » :

C’est la communauté des citoyens qui se reconnaissent dans la loi d’un pays, où qu’ils vivent dans le monde, et dont ils choisissent d’en respecter les droits et les devoirs. Accessoirement seulement c’est le territoire où peut s’appliquer cette loi.

Problème :

Mais comment faire cohabiter sur un même lieu, des gens qui ne reconnaissent pas les mêmes lois ?

Page écrite le 05-05-2020

Ancien texte sur le même thème.
               

Mon opinion sur cette page:
(aide) Page mise à jour le
08-05-2020 à 18:47
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

0

0

1

0
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant Kris - le 08-05-2020 à 18-21

Je vais vous raconter une histroire au sujet de cet article. Il y a quelques années je suis allé au festival du bout de monde (je vous conseille), en Bretagne à la pointe du finistère. J'étais attablé et buvais une bière comme il se doit dans ce pays. La conversation s'engage avec des jeunes bretons habitant Brest. Je leur dit que, bien que n'étant pas breton je me reconnaissais dans ce pays. Une des jeunes me répond : "être breton c'est s'y reconnaître. Tu es breton". Voilà pourquoi cet article me parle et me paraît profondément juste. Et j'irais jusqu'à dire qu'on peut être pluri-pays. Car je me reconnais et j'aime beaucoup d'autres pays.

Ajouter un commentaire.