fleur
Catalogue
Dialogue
recherche
Informez-moi
faire-suivre Ă  un ami
Contact
Retour accueil
Imprimer
Imprimer
Catalogue
traductions
English  Deutsch  Italiano  Esperanto  Español  Magyar

ΕλληΜÎčÎșÎŹ  Norsk  Nederlands  PortuguĂȘs  Ń€ŃƒŃŃĐșĐžĐč  Kiswahili

Suomen  æ—„æœŹèȘž  KurdĂź  Slovenơčin  Svenska  TĂŒrkçe

уĐșŃ€Đ°Ń—ĐœŃŃŒĐșĐ°  Tiáșżng Việt  Wollof  Ś™Ś™ÖŽŚ“Ś™Ś©  äž­æ–‡, æ±‰èŻ­, æŒąè  isiZulu

PayPal - Paiement en ligne

simple et sécurisé !


Pour soutenir Trazibule
 

Recherche

Mot ou texte entre guillemets à rechercher (accents et casse indiférents):
Soit en local sur ce site (précis): (aide)
Article  Journal  Publication
Icone envoiplat-2


Soit via Google sur ce site
(Aide) Icone envoiplat-2
 

Svp enregistrez cet Ă©mail:

pour recevoir les nouvelles pages
ou le journal de ce site.


Icone envoiplat-3

 

Faire suivre cette page

Destinataire       
Son email          
De la part de     
Commentaires  

Icone envoiplat-2

Email pour nous contacter
courriel@trazibule.fr

Comment améliorer ce site
le traduire en d'autres langues
ou l'agrémenter de dessins et photos.
Avez-vous des suggestions ?


Vers la page d'accueil

Icone envoiplat-1
 
Mon opinion sur cette page: aide Page mise Ă  jour le
14-11-2016 Ă  18:25
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
1
 avis   
0
 avis   
1
 avis   
0
Cochez puis envoyez vos avis, (nombre d'avis reçus affiché)
(Evaluation remise à zéro si l'article est trÚs modifié.).

envoi
  Ma rĂ©ponse Ă  cette page: Qu'en pensez-vous ?
Mon nom ou pseudo envoi
Email pour une réponse
 

trait
bandeau/elections
Comment sortir de l'impasse des élections présidentielle...



Itinéraire pour un champ de mines :


Une Ă©lection prĂ©sidentielle approche, les Ă©checs des partis, les abus d’autoritĂ©, les injustices et scandales multiples, la mise au pas des mĂ©dias, les trahisons de promesses conduisent Ă  un rejet profond du systĂšme Ă©lectoral actuel dominĂ© par des partis qui se sont discrĂ©ditĂ©s eux-mĂȘmes par leurs mensonges et leurs incohĂ©rences.

Aujourd’hui la menace est cette tentation d’extrĂȘme droite oĂč seul, le rejet de la classe dirigeante offre une apparente unitĂ©.

Les mouvements humanistes, Ă©cologistes et progressistes bien que d’accord sur la nĂ©cessaire remise en cause du fonctionnement dĂ©mocratique existant se divisent car chacun propose sa propre solution.

Le spectacle dĂ©mocratique se rĂ©gale Ă  mettre en scĂšne les rivalitĂ©s entre les diffĂ©rents Ă©gos et s’intĂ©resse fort peu au contenu de leurs propositions.

DĂšs que l’un d’entre eux exprime son intention, cela revient Ă  multiplier les choix donc Ă  diviser son propre camp et l’affaiblir. Pourtant face aux alertes actuelles Ă©mises par tous les spĂ©cialistes de la nature, de l’économie, de la dĂ©mographie, de la santĂ©, de la finance qui accumulent de menaces de plus en plus prĂ©cise, il devient nĂ©cessaire avant tout de faire preuve d’imagination.

Ce systĂšme Ă©lectoral en deux tours est si mal foutu qu’il conduit les prĂ©tendants Ă  organiser des prĂ©-tours supplĂ©mentaires mais en reproduisant exactement les mĂȘmes dĂ©fauts du systĂšme initial !

Alors les détenteurs de la finance, Medef et banques, avec leurs instituts de sondages ont toute latitude pour orienter les partis à choisir les « bons candidats » à leurs yeux, et discréditer les « dangereux » pour eux, puis pour persuader les électeurs de voter « dans le bon sens » selon eux.

L’art consommĂ© de la mise en image a vite fait de suggĂ©rer des sentiments de sĂ©rĂ©nitĂ© ou d’inquiĂ©tude associĂ©e Ă  chaque visage, car il est certain que les Ă©lecteurs ne votent pas en fonction d’une logique cartĂ©sienne ou d’intĂ©rĂȘts bien compris, mais ils votent d’abord lĂ  oĂč ils ont « envie » de voter, et cette envie est essentiellement subjective. L’esthĂ©tique, la mise en scĂšne, l’apparence de charisme, jouent un rĂŽle primordial.

Malheureusement nous n’avons pas besoin d’un beau candidat mais de bonnes dĂ©cisions.

Mais le terrain est totalement miné !

Si un groupe de citoyen s’unit et devient crĂ©dible, aussitĂŽt les beaux parleurs cherchent Ă  s’appuyer dessus pour se faire remarquer et espĂ©rer exister dans cette Ă©lection pour espĂ©rer y jouer un rĂŽle.
Si un groupe de citoyen s’offre un leader, aussitĂŽt les autres leaders iront le dĂ©nigrer surtout s’il est proche de son camp et le considĂšre comme un rival crĂ©dible.
Si une personnalitĂ© Ă©merge de l’anonymat et commence Ă  rassembler des espoirs de suffrage d’un camp quelconque, qu’il est facile ensuite de l’acheter, de l’intimider ou de le descendre au figurĂ© et pourquoi pas au rĂ©el, pour Ă©liminer d’un seul coup tout le camp qui le soutient.
(Comme enlever une clé de voute !)

Alors nous devons dessiner un autre itinéraire pour traverser ce champ de mines !

D’abord savoir oĂč nous voulons aller !

DĂ©finissons nos intentions, nos prioritĂ©s, construisons un programme en Ă©vitant toutes les mines et les jeux cachĂ©s de ces personnalitĂ©s trop visibles. Evidemment chacun a ses idĂ©es, toutes diffĂ©rentes, dans ce dĂ©sordre rassemblons donc les objectifs sur lesquels nous sommes d’accord, et les propositions d’actions qui nous unissent. Identifions ensuite les points sur lesquels nous sommes en dĂ©saccord, et au lieu de les stigmatiser, expliquons que cela dĂ©finira les dĂ©bats Ă  venir. Aucune dĂ©cision, aucune promesse sur ces sujets n’est formulĂ©e, il faut juste enregistrer que ces diffĂ©rences de choix soient formulĂ©e pour ĂȘtre dĂ©battues plus tard, sous forme de projets de travaux lors des prochaines assemblĂ©es.

Ce travail de compilation de ces convergences et divergences peut alors ĂȘtre finalisĂ© lors d’une rencontre entre toutes les grandes gueules de la politique lors d’une journĂ©e de travail dans une campagne isolĂ©e loin des mĂ©dias avec un bon organisateur ayant un peu d’autoritĂ© imposant une mĂ©thode dĂ©bat :

  • Toujours s’adresser Ă  l’ensemble des prĂ©sents jamais Ă  une personne en particulier
  • Ne formuler ni critiques ni Ă©loges.
  • Ne jamais interrompre une intervention toujours brĂšve.
  • Pour cela ne jamais exprimer plus d’une idĂ©e Ă  la fois.
  • Un service de secrĂ©tariat enregistre et inscrit les idĂ©es au tableau au fur et Ă  mesure de l’avancĂ© des dialogues qui constitue le projet de programme.
  • Ne jamais se bloquer sur une divergence, juste enregistrer les arguments pour ou contre pour un dĂ©bat futur.

Le rĂ©sultat signĂ© par tous les participants Ă©tant publiĂ© sous une mise en forme travaillĂ©e par des communicants efficaces. Les citoyens d’accords avec ce projet, au lieu de se dĂ©courager face aux rivalitĂ©s de leaders reprendrons espoir et rĂ©unifiĂ©s, retrouverons l’envie de le soutenir.

L’itinĂ©raire Ă©tant tracĂ©, reste Ă  le parcourir.

La logique actuelle impose un candidat à la présidentielle, en attendant de changer de logique et précisément pour avoir le pouvoir de le faire nous devons choisir un candidat.

Mais ce n’est plus un candidat qui apporte un programme, car si vous faites confiance Ă  un candidat vous acceptez le principe qu’il puisse changer d’avis lorsqu’il aura toutes les cartes en main et dĂ©couvrira l’ampleur de la tache, vous ne pouvez plus logiquement le destituer.

Mais si c’est un programme qui propose un candidat, c’est au programme que vous faites confiance, le candidat a une mission prĂ©cise, rĂ©aliser ce programme, et s’il en dĂ©rive, il est alors logique de le destituer.

Le projet est de faire Ă©lire ce programme qui contient nos intentions, nos points d’accord et les dĂ©bats que nous envisageons sur les points de dĂ©saccord.

Pour cela choisissons qui sera le plus capable de le rĂ©aliser, lĂ  les egos s’affirmeront tous plus compĂ©tents le uns que les autres, donc choisissons avant tout une Ă©quipe, rassemblant ces compĂ©tences. Face Ă  un programme et une Ă©quipe il sera moins facile aux grands manipulateurs d’influencer ou d’intimider qui que ce soit faute de leader identifiĂ©.

Enfin puisque la loi l’impose pour le moment choisissons une belle gueule qui reprĂ©sente lâ€˜Ă©quipe ! Oh pas celle qui nous plait le plus, il ne s’agit pas de nous faire plaisir, mais choisissons celle qui a le plus de chance de plaire aux Ă©lecteurs !

Face Ă  un programme et une Ă©quipe il sera moins facile aux grands manipulateurs d’influencer ou d’intimider qui que ce soit faute de leader identifiĂ©.

Comment faire ce choix ?

Certainement pas avec une primaire Ă  la sauce actuelle ! Alors comment faire ? RĂ©flĂ©chissons, puisqu’une Ă©lection est censĂ©e nous rĂ©pondre sur les choix des Ă©lecteurs, offrons-lui d’exprimer vraiment ce choix.

Actuellement la rĂ©ponse d’un scrutin ne nous permet de nous exprimer que sur un seul candidat parmi tous ! Et influencĂ©s par les sondages et mĂ©dias, peu d’électeurs se permettent de donner leur voix Ă  leur prĂ©fĂ©rĂ© mais Ă  celui qui a quelques chance de l’emporter et ne soit pas trop loin de leurs idĂ©es, le vote n’est pas sincĂšre mais stratĂ©gique. RĂ©sultat avec 50 et un chouia de pourcentage en plus des suffrages exprimĂ©s, l’élu se croit majoritaire ! Et le concurrent vexĂ© Ă  50 moins epsilon fera tout pour lui tirer dans les pates ! Les deux leaders auront divisĂ© leurs militants !

Il faut que ces leaders prennent conscience qu’il vaut mieux ĂȘtre simple participant dans une Ă©quipe gagnante que responsable d’une Ă©quipe perdante !

Alors demandons Ă  chaque Ă©lecteur ce qu’il pense de chaque candidat, et lĂ  plusieurs solutions sont possibles, soit pas une note, soit par un avis oui/non/bof, soit par un classement dans l’ordre. Soit en votant avec plusieurs bulletins diffĂ©rents. L’essentiel est que chaque Ă©lecteur donne son avis sur chaque candidat. CompliquĂ© ? A voir les fiches de paie en France nous n’avons pas peur de ce qui est compliquĂ© que je sache ! Demandez le dĂ©tail de ces modalitĂ©s d’organisation si cette proposition vous intrigue.

Le gagnant sera celui qui est le mieux placĂ©, il sera alors comblĂ© d’un rĂŽle de rassembleur, pas parce qu’il plait au plus grand nombre mais parce qu’il dĂ©plait au plus petit nombre.

Enfin toute prĂ©sentation publique met en avant le programme, qui sera rĂ©alisĂ© par une Ă©quipe reprĂ©sentĂ© par son prĂ©sident Ă©lu. Chacun ne s’exprime qu’en tant qu’acteur anonyme de l’équipe exĂ©cutive, y compris le « prĂ©sident », il est nommĂ© par son rĂŽle jamais par son nom, s’il veut exprimer un point de vue personnel il le dit sous son nom sans mentionner son rĂŽle.

Voilà un itinéraire qui a mon avis peut nous sortir de ce champ de mine qui risque de nous péter à la gueule et à la catastrophe politique, écologique, sociale et économique.

Maintenant je ne suis qu’un citoyen qui propose ce qu’il croit bon,
libre Ă  vous de proposer mieux, mais faites vite !

Page Ă©crite le 24-06-2016

trait

trait
   
      
image    image   image


trait

Commenter cette page

trait



Intervenant YVAN BACHAUD - le 12-09-2016 Ă  14-48

 

J'en pense pas grand chose! et ce qui est sûr c'est qu'on ne me donnera pas la prole pour DECIDER sur la question, En tous cas pour ces élections c'est mort.

trait

Intervenant Caelen - le 21-09-2016 Ă  09-45

La méthode de vote considérée ici est la méthode dite de Condorcet. C'est une méthode sous-optimale car une méthode optimale serait de faire voter plusieurs fois en opposant les candidats deux-à-deux. La méthode de Condorcet est un vote à un tour (donc sous-optimale) qui consiste soit à mettre des notes aux candidats soit à se contenter des trois valaeurs POUR, CONTE, INDIFFERENT (+1, -1, 0). Le candidat qui l'emporte est celui dont le score est maximum. Il n'y a pas de second tour. Il peut y avoir autant de candidats que l'on veut cela ne perturbe pas le systÚme et évite les magouilles partisanes. Avec ce systÚme une étude montre que le FN ne serait jamais arrivé au second tour, car s'il a quelques amis il a surtout beaucoup d'ennemis !! Ce systÚme peut favoriser cependat les gens peu connus qui auraient récolté quelques +1, peu de -1 et beaucoup de 0. Pour éviter cela on peut mettre un seuil positif minimum pour valider le résultat. Sinon il faut recommencer le vote

Il y a beaucoup de littĂ©rature sur le sujet. Je pense que ce systĂšme devrait ĂȘtre instaurĂ©.

trait

Intervenant Hubert VIALLET - le 18-10-2016 Ă  19-14


Bien pensé

La prise de conscience des citoyens est en tous cas le préalable à tout changement s'il veut s'appuyer sur le peuple.

Mais ensuite le problùme crucial reste la mise en Ɠuvre : par qui, comment ?

Diverses solutions sont proposées. En voici quelques-unes :

Bellon propose que les citoyens de chaque commune fassent des cahiers de dolĂ©ances, qui s’appellent maintenant cahiers d'exigences, en vue de constituer au niveau national, une constituante en vue d'une nouvelle constitution.

Mélenchon propose aussi de mettre en route en priorité une assemblée constituante, et en attendant que cela débouche sur une nouvelle constitution, il propose un programme immédiat visant à mettre la finance sous le contrÎle des citoyens...

Les internationalistes (ATTC, divers mouvement trotkiste ou léninistes) attendent que tous les peuples d'Europe ou du monde s'unissent pour rendre le monde plus humain

Les anarchistes attendent l'union de tous les humanistes sans que personne de s'accapare du pouvoir qui dĂ©voie. C’est l'auto-organisation tous azimuts

etc ..................Qu’est-ce qui vaut mieux ??

trait

traitimage     image     image