fleur
Catalogue
Dialogue
recherche
Informez-moi
faire-suivre à un ami
Contact
Retour accueil
Imprimer
Imprimer
Catalogue
traductions
English  Deutsch  Italiano  Esperanto  Español  Magyar

Ελληνικά  Norsk  Nederlands  Português  Ñ€ÑƒÑÑÐºÐ¸Ð¹  Kiswahili

Suomen  æ—¥æœ¬èªž  Kurdî  Slovenščin  Svenska  Türkçe

українська  Tiếng Việt  Wollof  ×™×™Ö´×“יש  ä¸­æ–‡, 汉语, æ¼¢è  isiZulu

PayPal - Paiement en ligne

simple et sécurisé !


Pour soutenir Trazibule
 

Recherche

Mot ou texte entre guillemets à rechercher (accents et casse indiférents):
Soit en local sur ce site (précis): (aide)
Article  Journal  Publication
Icone envoiplat-2


Soit via Google sur ce site
(Aide) Icone envoiplat-2
 

Svp enregistrez cet émail:

pour recevoir les nouvelles pages
ou le journal de ce site.


Icone envoiplat-3

 

Faire suivre cette page

Destinataire       
Son email          
De la part de     
Commentaires  

Icone envoiplat-2

Email pour nous contacter
courriel@trazibule.fr

Comment améliorer ce site
le traduire en d'autres langues
ou l'agrémenter de dessins et photos.
Avez-vous des suggestions ?


Vers la page d'accueil

Icone envoiplat-1
 
Mon opinion sur cette page: aide Page mise à jour le
17-03-2012 à 18:16
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
Cochez puis envoyez vos avis, (nombre d'avis reçus affiché)
(Evaluation remise à zéro si l'article est très modifié.).

envoi
  Ma réponse à cette page: Qu'en pensez-vous ?
Mon nom ou pseudo envoi
Email pour une réponse
 

trait
bandeau/grece
Réflexions politiques.


L'épisode Grec.


La Grèce, voilà un beau pays qui fait parler de lui, les fonds spéculatifs en ont fait leur cible : Le principe est simple, prêter au delà de la raison à un client, en lui accordant des taux préférentiels.

Ensuite augmenter ces taux, sous prétexte qu’ils n’ont pas su gérer leurs affaires en faisant confiance à des banques trop avides, comme il ne peut pas rembourser, les assurances paient, mais les assurances avaient elles mêmes été revendues sous formes d’actions, avec l’argument initial que la garantie était un pays solvable tel que l’affirmait la banque prêteuse

Les banques ont ainsi pillé les revenus d’un pays tout entier via ses taux, se sont remboursées via les assurances et ont en plus gagné sur les mêmes assureurs en revendant au préalables leurs actions censées être crédibles suivant les critères mêmes édictés par les banques au début du prêt. Comme il n’y a pas de petits profits elles en ont informé leurs clients privilégiés de la combine pour leur faire gagner à eux aussi de l’argent.

Résultat un pays a été vidé de ses moyens financiers, alors il lui est conseillé et même exigé un plan d’austérité pour rembourser des dettes qui ont artificiellement explosées par des taux d’intérêts variables, le principe des sub-primes appliqués aux états. Sachant qu’un plan de rigueur ne fait que ralentir l’économie et le commerce donc freiner de fait les moyens de remboursements, cela ne pourra qu’empirer, un bon moyen pour acheter sur place à bon compte tout ce qui aurait pu garder un peu de valeur.

Ce plan de rigueur engendre des luttes sociales, une désorganisation du fonctionnement de l’état, une désaffection de la confiance envers ses dirigeants, il devient même envisageable pour les banques puisqu’elles en ont les moyens de s’offrir un nouveau gouvernement prétendument salvateur qui pourrait alors de l’intérieur de l’Europe agir afin de prélever encore plus de richesses et de pouvoir.

Alors on lui conseille de revendre ses îles c'est-à-dire de se déposséder de son propre territoire, le gouvernement grec devient une coquille creuse obligé de prendre des décisions contraires à ses intérêts, incapable de se défendre contre la rapacité des banques, qui après avoir raclé un pays jusqu’à sa terre fort de cette réussite va pouvoir s’attaquer au pays suivant…

Les riches sont toujours plus riches sur le dos des pauvres qui travaillent toujours plus et sont toujours plus pauvres dénués de moyens de décisions, de leur monnaie et bientôt dépouillés de leurs propres terres.

Les peuples doivent se réapproprier leur propre monnaie, ce langage économique qui leur permet de travailler d’échanger et de vivre. Nous devons reconstruire une monnaie démocratique, indépendante de tous techniciens ou banques aussi compétents soient-ils, sur des critères simples et transparents, ave un étalon indépendant d’une éventuelle confiance envers une institution surtout quand celle-ci démontre son incapacité à gérer de façon équitable la monnaie qu’elle leur a imposé.

Page écrite le 13 mars 2010

trait

Une suite réécrite quelques mois plus tard

trait
   
      
image    image   image


trait

Commenter cette page

trait





traitimage     image     image