fleur
Catalogue
Dialogue
recherche
Informez-moi
faire-suivre Ă  un ami
Contact
Retour accueil
Imprimer
Imprimer
Catalogue
traductions
English  Deutsch  Italiano  Esperanto  Español  Magyar

ΕλληΜÎčÎșÎŹ  Norsk  Nederlands  PortuguĂȘs  Ń€ŃƒŃŃĐșĐžĐč  Kiswahili

Suomen  æ—„æœŹèȘž  KurdĂź  Slovenơčin  Svenska  TĂŒrkçe

уĐșŃ€Đ°Ń—ĐœŃŃŒĐșĐ°  Tiáșżng Việt  Wollof  Ś™Ś™ÖŽŚ“Ś™Ś©  äž­æ–‡, æ±‰èŻ­, æŒąè  isiZulu

PayPal - Paiement en ligne

simple et sécurisé !


Pour soutenir Trazibule
 

Recherche

Mot ou texte entre guillemets à rechercher (accents et casse indiférents):
Soit en local sur ce site (précis): (aide)
Article  Journal  Publication
Icone envoiplat-2


Soit via Google sur ce site
(Aide) Icone envoiplat-2
 

Svp enregistrez cet Ă©mail:

pour recevoir les nouvelles pages
ou le journal de ce site.


Icone envoiplat-3

 

Faire suivre cette page

Destinataire       
Son email          
De la part de     
Commentaires  

Icone envoiplat-2

Email pour nous contacter
courriel@trazibule.fr

Comment améliorer ce site
le traduire en d'autres langues
ou l'agrémenter de dessins et photos.
Avez-vous des suggestions ?


Vers la page d'accueil

Icone envoiplat-1
 
Mon opinion sur cette page: aide Page mise Ă  jour le
02-11-2015 Ă  01:53
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
2
 avis   
0
 avis   
4
 avis   
0
Cochez puis envoyez vos avis, (nombre d'avis reçus affiché)
(Evaluation remise à zéro si l'article est trÚs modifié.).

envoi
  Ma rĂ©ponse Ă  cette page: Qu'en pensez-vous ?
Mon nom ou pseudo envoi
Email pour une réponse
 

trait
bandeau/nucleaire
Brouillons pour une constitution

trait

La France pourrait-elle se passer du nucléaire ?

trait


Nous vivons dans un pays incroyable :

  • Face Ă  l’Atlantique, il possĂšde une façade ventĂ©e, et face Ă  la MĂ©diterranĂ©e il rencontre des vents remarquables tel que le Mistral et la Tramontane, peu de pays au monde possĂšdent deux atouts Ă©oliens de cette qualitĂ© !

  • L’atlantique a des marrĂ©es de grandes ampleurs, et le record mondial d’amplitude des marĂ©es est français au Mont Saint Michel. La France possĂšde un atout d’énergie marĂ©motrice unique au monde !

  • La France est un pays trĂšs arrosĂ©, des pluies tout le long de l’annĂ©e, et une telle quantitĂ© d’eau offre une source d’énergie hydraulique exceptionnelle, en prime la France possĂšde deux chaines de montagnes et pas des moindres, les Alpes au Mont Blanc sont le point culminant de l’Europe. De quoi amĂ©liorer encore cette Ă©nergie hydraulique.

  • La France a dĂ©truit ses bassins houillers, pourtant elle n’est pas en manque de charbon si elle vouait s’en prĂ©occuper et l’exploiter proprement.

  • La France possĂšde un des meilleurs parcs forestiers, qui plus est, elle sait faire des chaudiĂšres Ă  bois, ce qui pourrait aussi crĂ©er une solide source d’énergie.

  • La France possĂšde dans le massif central un sous-sol anciennement volcanique proposant un potentiel d’énergie gĂ©ophysique rĂ©el. Encore une source d’énergie possible.

  • La France pourrait plus que tout autre, crĂ©er une source d’énergie de biogaz, car il n’existe pas de dĂ©sert et partout des dĂ©chets vĂ©gĂ©taux sont rĂ©cupĂ©rables en masses Ă©normes.

  • La France a un taux d’ensoleillement correct l’énergie solaire est donc parfaitement exploitable en tout cas beaucoup plus qu’en Allemagne ou ces autres pays du nord qui pourtant l’utilisent dĂ©jĂ  Ă  grande Ă©chelle.

coucher-soleil-nucléaire

J’arrĂȘte cette liste fastidieuse, mais si vous rĂ©flĂ©chissez la France possĂšde encore d’autres atouts pour produire de l’énergie, allez ! Je suis sur que vous les trouverez. (RĂ©ponses sur demande).

Alors vivant dans un tel pays, nous osons poser cette question : « la France peut-elle se passer du nucléaire » ? Or d'autres pays moins vernis que nous s'en passent, comment font-ils ? Ils ne s'éclairent pas à la bougie que je sache !

Dire que la France ne peut pas se passer du nuclĂ©aire est un mensonge Ă©vident, car si avec tous ces atouts la France n’y arrivait pas, alors quel autre pays au monde le pourrait ?

Que nous dit-on ?

Le nuclĂ©aire reprĂ©sente 14% de l’énergie, et 77% de l’électricitĂ©, on ne pourrait donc pas l’arrĂȘter, voilĂ  ce qui nous est affirmĂ©.

Pourtant face à cette affirmation, puis-je poser quelques questions aux lecteurs assez compétents pour me répondre :

  • Il faut de l’énergie pour produire de l’énergie : Quelle part de l’énergie produite est consommĂ©e par le nuclĂ©aire en extraction, transport, raffinage du minerai, fabrication des combustibles, des centrales? Quelle quantitĂ© d'Ă©nergie pour leur dĂ©mantĂšlement forcĂ©ment nĂ©cessaire un jour ou l’autre ?

  • Quand on parle de 77% de l’électricitĂ©, parle-t-on de l’électricitĂ© produite ou de l’électricitĂ© consommĂ©e ? Sachant qu’une part de l’électricitĂ© produite est consommĂ©e par les centrales elle-mĂȘme, qu’une part importante est gaspillĂ©e en transports par cĂąbles hautes tensions, (les centrales sont heureusement loin des villes), qu’une autre part importante est gaspillĂ©e car une centrale nuclĂ©aire ne sait pas suivre les variations journaliĂšres de consommation et il faut donc Ă  tout prix l’utiliser Ă  n’importe quoi.

  • Qui peut dire la rĂ©partition des consommations Ă©lectriques, entre Ă©clairage, chauffage, transport, etc.? Et quelle rĂ©partition public, privĂ©, mĂ©nages, usines, administrations d’états, rĂ©gions, mairies, etc.
 Je suis convaincu qu’EEDF possĂšde ces chiffres, et qu'il serait trĂšs intĂ©ressant de les Ă©plucher, afin de chercher oĂč sont les Ă©conomies de gaspillage Ă  faire, et dĂ©couvrir aussi au passage les disparitĂ©s des tarifs payĂ©s et les gratuitĂ©s probablement accordĂ©es.

Je remercie vivement toute personne pouvant apporter des Ă©lĂ©ments de rĂ©ponses et d’informations.

Vous voulez trouver de nouvelles sources d'Ă©nergie ? Alors Messieurs les politiques, laissez libre court Ă  l’imagination, laissez le choix aux utilisateurs, plutĂŽt que leur imposer les seules Ă©nergies que vous pouvez taxer.

Quand Ă  nous, surtout stoppons ce dĂ©lire de consommer toujours plus, de dĂ©velopper encore. Pour moi « dĂ©veloppement durable » est une antinomie car il n’est pas possible de dĂ©velopper indĂ©finiment ce qui vit dans un milieu fermĂ© : La planĂšte. Les ressources naturelles, la population, l’atmosphĂšre, tout atteint ses limites.

Ne pas confondre développement et progrÚs !
On ne dit plus croissance mais civilisation !

Ecoutez cette vidéo !
Site "sortir du nucléaire".
Une vidéo à voir et à entendre...

sortir nucleaire Areva licencie

Page Ă©crite le 27-02-2007

trait

trait
   
      
image    image   image


trait

Commenter cette page

trait



Intervenant Domi - le 24-06-2011 Ă  11-34

Le nucléaire est HELAS indispensable a notre vie Trazi
Nous n'avons pas le choix, les Duflot baratinant un flot de phrases incohérentes et compagnie sont des andouilles

Ce n'est PAS un problĂšme d'Ă©nergie c'est un problĂšme de SURPOPULATION chronique.

6,5 MILLIARDS de bipĂšdes qui n'arrĂȘtent pĂąs de procrĂ©er comme des malades alors qu'ils savent s'auto-rĂ©guler.

Rien que la Duflot...4 gosses, DONC:
2=4 plus les deux géniteurs =6
4=16 plus les 4 géniteurs =20 etc!

Et sur 20 plus de 19 seront viables!

Suffit d'avoir été a l'école pour piger que c'est tous des fous d'avoir actuellement plus de 2 gosses!

Des citĂ©s oĂč ils s'entassent par MILLIERS et oĂč ils ne peuvent ABSOLUMENT pas vivre sans Ă©lectricitĂ©, ne serait-ce que pour les sur presseurs de flotte leur permettant de prendre une douche au 15eme Ă©tage!

Si nous n'utilisons pas le nuclĂ©aire, nous allons dilapider ce qui nous reste de charbon en 10ans! Les moulins a vent ne suffiraient mĂȘme pas a Ă©clairer nos villes! Le gaz? nous l'importons a 100% et la flotte (Barrages) l'hiver ça va mais l'Ă©tĂ© fini la clim, fini TOUT.

Il faut ĂȘtre totalement stupide pour croire qu'en l'Ă©tat nous puissions nous passer des gĂ©nĂ©rateurs nuclĂ©aires!

il faut réduire notre population planétaire de 6,5 a 4 Milliards! ca va prendre... 20 ans! et si d'ici là nous trouvons mieux nous verrons

Perso je ne penses pas qu'on trouve mieux
Par contre les physiciens trouveront COMMENT recycler a trÚs trÚs haute température dans des vortex comment recycler les résidus

Le soleil fonctionne ainsi ce n'est pas un astre qui brûle, il s'auto-régénÚre et l'homme est capable de comprendre COMMENT!

les écologistes anti nucléaire sont des andouilles, ils devraient EXIGER des mesures de sécurités drastiques mais ne pas demander l'impossible.

Le drame du nuclĂ©aire Japonais est que c'est une ile volcanique qui a toujours Ă©tĂ© tres instable, des mesures n'ont PAS Ă©tĂ© prises tel que mini centrale thermique derriĂšre pour alimenter des pompes de secours en cas de sinistre. Ce n'est PAS le nuclĂ©aire qui est responsable mais l'insouciance et la lĂ©gĂšretĂ© des hommes qui raisonnent avec le nuclĂ©aire comme avec les Ă©nergies dites fossiles. Ils gaspillent, ils ne rĂȘvent que de profits facile et parfois ils en payent le prix.

Le nuclĂ©aire actuellement est INCONTOURNABLE n'en dĂ©plaise aux rĂȘveurs d'un monde qui n'existera JAMAIS.

On peut revenir au naturel faut alors bousiller toutes les mégapole, Aller habiter à la campagne, couper son bois! Tirer l'eau du puits à la corde...

QUI est vraiment partant? 10% de la populace et encore!
Les 90% restant ont: leur bagnole, leurs télés, un ou deux PC, Aspirateurs machines a laver, a sécher, cuisiniÚres, chauffage etc. Et TOUT CELA fonctionne à l'électricité ou ses dérivés!

le NUCLÉAIRE est INCONTOURNABLE c'est son usage qui doit ĂȘtre corrigĂ©.

Depuis l'Ă©chec de Super PhĂ©nix on a fait quoi? QUE DALLE! faut TRAVAILLER. šPas rĂȘver d'un monde qui ne peut plus exister.

CQFD et bien sur c'est PAS a discuter, mais a CONSTATER!

trait

Intervenant Trazibule - le 26-06-2011 Ă  11-25

Le problÚme de surpopulation est en passe de se régler car :
- D’une part tous les pays civilisĂ©s connaissent une baisse notable du taux de fĂ©conditĂ©, la civilisation est plus sage que la barbarie. L’instruction apprend Ă  jouir de la vie sans faire des bĂ©bĂ©s partout. (A part la France oĂč nos dirigeants semblent si  fiers du taux de fĂ©conditĂ© (mais est sont-ils civilisĂ©s ?) alors que nous devrions en avoir honte).
- D'autre part des modes conduisent plus facilement Ă  un ralentissement de la procrĂ©ation : Exemple la prĂ©fĂ©rence d’enfants mĂąles est rĂ©alisables aujourd’hui que le tri peut-ĂȘtre fait avant la naissance, la pĂ©nurie rĂ©sultante de femme rĂ©duira forcĂ©ment la fĂ©conditĂ©. Autre exemple l’acceptation croissante de l’homosexualitĂ© contribuera aussi Ă  cette baisse de fĂ©conditĂ©. De mĂȘme que le travail des femmes aura aussi un effet rĂ©ducteur surtout s’il est motivant, le choix entre carriĂšre professionnelle et maternitĂ© agit dans ce sens.

Oui je sais celui qui réfléchi va me dire son inquiétude de voir la contradiction entre démocratie, loi du plus grand nombre, et la démographie, qui donne précisément le pouvoir aux moins civilisés à cause de ce taux de reproduction. Donc nous devons aider les autres à ce civiliser, notre survie en dépend.

Quand  les passagers d’un canot de sauvetage sont trop nombreux, que font-ils, soit ils foutent Ă  l’eau les plus faibles, soient ils rĂ©flĂ©chissent Ă  s’organiser le mieux possible ! Face Ă  la surpopulation, que fait-on ? Vous voulez les abattre sur place ? Non, alors nous devons nous organiser !

- Nous avons besoin de respirer et l’atmosphĂšre baisse en qualitĂ©,
- Nous avons besoin d’eau et nous la polluons.
- Nous avons besoin de nourriture, or les océans sont en trains de se dégrader, les terres arables perdent en qualité (chimie, surface), les espÚces végétales et animales diminuent
- Nous avons besoin d’ĂȘtre protĂ©gĂ© du soleil, notre chimie dĂ©truit notre couche d’ozone, dĂ©jĂ  tous les enfants qui pourtant depuis la nuit des temps jouaient sans contrainte sont aujourd’hui affublĂ© d’une casquette obligatoire !
- Nous avons aussi besoin d’énergie, mais ce n’est pas vital, la majoritĂ© de la consommation est pour un luxe sans nĂ©cessitĂ©. Or la source de la plupart des problĂšmes est issue de ce gaspillage d’énergie.

Donc premiĂšre exigence rĂ©duire ces gaspillages donc changer de mode de vie, nous fabriquons du jetable, fabriquons du durable, donc consĂ©quence changer notre conception de l’économie, remplacer la recherche du rendement maximal pour les propriĂ©taires (fondement de notre systĂšme actuel) par l’utilitĂ© sociale maximal de l’entreprise (C’est une façon complĂštement diffĂ©rente de penser nos Ă©changes, notre comptabilitĂ©, nos rapports sociaux)

Le nucléaire est le fleuron dans la façon économique de gérer actuellement, il exige un pouvoir autoritaire, une surveillance policiÚre, des capitaux délirants et une commercialisation financiÚres, il impose aussi une épée de DamoclÚs redoutable à tous ceux qui oseraient changer de société !

Mais arrĂȘter de penser Ă  vouloir avant tout faire du fric avec l’énergie, laissez l’imagination de chacun s’exprimer, et de l’énergie vous en aurez tant que vous voudrez. Petites structures locales pas besoin de ces transports trĂšs haute tension hideux Ă  travers nos contrĂ©es qui bouffe au passage 30% de la consommation parait- il ! Alors oui cette Ă©nergie ne sera pas taxĂ©e, pauvres politiciens


De mĂȘme que celui qui construit sa maison fait plus attention Ă  l’entretenir que celui qui la loue, celui qui produira son Ă©nergie lui-mĂȘme fera plus attention Ă  l’économiser. Celui qui transporte son bois ne s’amuse pas Ă  faire de grandes flambĂ©es !

Et ainsi si l’énergie diminue, les gaspillages diminuent et la plupart des autres problĂšmes diminuent !

(MĂȘme les pires pillards d’Afrique noire seront calmĂ©s aprĂšs 100 bornes Ă  pied au lieu de 100 bornes an 4x4 !)

trait

Intervenant Un homme - le 27-06-2011 Ă  09-58

Bonjour

Vous ecrivez

Le problÚme de surpopulation est en passe de se régler car :
D’une part tous les pays civilisĂ©s connaissent une baisse notable du taux de fĂ©conditĂ©, la civilisation est plus sage que la barbarie. L’instruction apprend Ă  jouir de la vie sans faire des bĂ©bĂ©s partout. (A part la France oĂč nos dirigeants semblent si  fiers du taux de fĂ©conditĂ© (mais est sont-ils civilisĂ©s ?) alors que nous devrions en avoir honte).


C’est sans compter sur le dĂ©sir profond des femmes: Avoir des maternitĂ©s pour la plupart.
Elles ont beau ĂȘtre cadre, parfois c’est leur finalitĂ© et souvent avec boulimie.

Exemple la prĂ©fĂ©rence d’enfants mĂąles est rĂ©alisables aujourd’hui que le tri peut-ĂȘtre fait

Ceci n’est valable QUE pour quelques pays dĂ©jĂ  peu peuplĂ©s, peu dĂ©veloppĂ©s car autrefois pas de sĂ©curitĂ© sociale il fallait absolument un petit mĂąle afin, devenu vieux, incapable de chasser, de travailler la terre ,que cet enfant  remplace le pĂšre et assure subsistance Ă  ses parents jusqu’à leur mort et ainsi de suite. Il n’est pas loin le temps ou les vieux parents vivaient d’ailleurs avec leurs enfants, leur assurant subsistance en Ă©change de logis et autres hĂ©ritage.
1 ou deux gĂ©nĂ©rations tout au plus donc RIEN en comparaison de l’humanitĂ©.

Nos societés modernes rendent obsolÚte ces comportements encore génétiquement programmés.

Autre exemple l’acceptation croissante de l’homosexualitĂ© contribuera aussi Ă  cette baisse de fĂ©conditĂ©.

J’en doute,  les hommes de toute façon n’auront JAMAIS d’enfants, sinon via leurs conquĂȘtes, mais les femmes par contre ne se gĂȘneront absolument pas, mĂȘme vivant en couple homo reconnu par la societĂ© (si celle ci le reconnaĂźt ) pour se trouver l’histoire d’un soir, d’une semaine, le gĂ©niteur convoitĂ© pour procrĂ©er et assouvir ce besoin de maternitĂ© de l’une ou l’autre. D’autant que les aides multiples pour les femmes seules ou supposĂ©es telle sont en place.  Elles en usent et abusent dĂ©jĂ ,  cependant, c’est un autre sujet.

De mĂȘme que le travail des femmes aura aussi un effet rĂ©ducteur surtout s’il est motivant, le choix entre carriĂšre professionnelle et maternitĂ© agit dans ce sens.

Permettez moi d’en douter seules quelques femmes refusent de donner la vie pour de consacrer au mirage de la rĂ©ussite sociale, on les retrouvent parfois a 45 ans affolĂ©es du temps qui passe, prĂȘtes Ă  TOUT pour l’avoir ce bĂ©bĂ©! Les autres,  80% des femmes en ont bien avant et c’est heureux.
Les enfants de vieux ne sont qu’une mode passagĂšre, je n’y crois pas du tout. Je n’aurais pas appreciĂ© a 20 ans avoir une mĂšre de 60 voire 65 ans, mais alors pas du tout.

Oui je sais celui qui réfléchi va me dire son inquiétude de voir la contradiction entre démocratie, loi du plus grand nombre, et la démographie, qui donne précisément le pouvoir aux moins civilisés à cause de ce taux de reproduction. Donc nous devons aider les autres à ce civiliser, notre survie en dépend.

Ceci est une chimĂšre, les civilisations ça prend ENORMEMENT de temps,  il est faux de croire et penser que cela s’inculque, c’est comme l’intelligence
 Si celle ci pouvait s’acquĂ©rir,   tout le monde ferait la queue dans les Ă©coles supĂ©rieures  

Sauf que lorsque cela arrive
(voir le BAC) L’ECHEC est la sanction et pour le masquer, on fait descendre le niveau voilà tout!  Tout ceci est ridicule  c’est en tout cas mon avis.
Un BAC pour ĂȘtre vendeuse, coiffeuse,  pour s’occuper de jeunes enfants ĂȘtre un BON mecanicien un  excellent jardinier est juste un gaspillage honteux d’une sociĂ©tĂ© qui s’épuise a courir aprĂšs des chimĂšres Ă  jamais hors de portĂ©e.

Il ne s’agit justement que de graves dĂ©viance de civilisations Ă©garĂ©es dans leurs utopies.
Le talent est chose rare. C’est un DON de la nature,  pas un apprentissage, mĂȘme si pour bien des gens cela n’est pas « juste » la justice n’est qu’une invention des hommes pour masquer sa rĂ©alitĂ©.
Sa sauvagerie, son insouciance et sa rage de vivre en prĂ©dateur parfait qu’il est, mais qu’il souhaite cacher.

Quand  les passagers d’un canot de sauvetage sont trop nombreux, que font-ils, soit ils foutent Ă  l’eau les plus faibles, soient ils rĂ©flĂ©chissent Ă  s’organiser le mieux possible ! Face Ă  la surpopulation, que fait-on ? Vous voulez les abattre sur place ? Non, alors nous devons nous organiser !

C’est ce qu’on fait les Chinois et les Japonais plus rĂ©cement: INTERDICTION de plus d’un enfant durant 2 gĂ©nĂ©rations!
Sinon pénalisation fiscale puis emprisonnement si plus de 2!
Ceci nous surprends, nous choque,  mais QUI a raison ? Bien y réfléchir avant de juger.

Nous n'avons pas et de loin la science infuse- Il suffit de voir l'etats de nos iindustries.

Nous avons besoin de respirer et l’atmosphĂšre baisse en qualitĂ©,
- Nous avons besoin d’eau et nous la polluons.
- Nous avons besoin de nourriture, or les océans sont en trains de se dégrader, les terres arables perdent en qualité (chimie, surface), les espÚces végétales et animales diminuent
- Nous avons besoin d’ĂȘtre protĂ©gĂ© du soleil, notre chimie dĂ©truit notre couche d’ozone, dĂ©jĂ  tous les enfants qui pourtant depuis la nuit des temps jouaient sans contrainte sont aujourd’hui affublĂ© d’une casquette obligatoire !
Nous avons aussi besoin d’énergie, mais ce n’est pas vital, la majoritĂ© de la consommation est pour un luxe sans nĂ©cessitĂ©. Or la source de la plupart des problĂšmes est issue de ce gaspillage d’énergie.


Tout ceci est en partie vrai et ne découle pour la plupart des points cités de la surpopulation dramatique que nous voyons sur cette petite planÚte bleue!

Donc premiĂšre exigence rĂ©duire ces gaspillages donc changer de mode de vie, nous fabriquons du jetable, fabriquons du durable, donc consĂ©quence changer notre conception de l’économie, remplacer la recherche du rendement maximal pour les propriĂ©taires (fondement de notre systĂšme actuel) par l’utilitĂ© sociale maximal de l’entreprise (C’est une façon complĂštement diffĂ©rente de penser nos Ă©changes, notre comptabilitĂ©, nos rapports sociaux)

C’est effectivement une approche intĂ©ressante et complĂ©mentaire de la diminution INELUCTABLE et INDISPENSABLE de notre population planĂ©taire.

Le nucléaire est le fleuron dans la façon économique de gérer actuellement, il exige un pouvoir autoritaire, une surveillance policiÚre, des capitaux délirants et une commercialisation financiÚres, il impose aussi une épée de DamoclÚs redoutable à tous ceux qui oseraient changer de société !

Non je ne partage pas cette analyse,  le prix du nuclĂ©aire est juste celui qu’on veut bien lui donner.  L’intelligence humaine est gratuite!
Ce sont les financiers qui, avec leur envie de profit en ont fait ce que le nuclĂ©aire est actuellement,  avec d’ailleurs les dĂ©viances que l’on peu constater.

Mais arrĂȘter de penser Ă  vouloir avant tout faire du fric avec l’énergie, laissez l’imagination de chacun s’exprimer, et de l’énergie vous en aurez tant que vous voudrez. Petites structures locales pas besoin de ces transports trĂšs haute tension hideux Ă  travers nos contrĂ©es qui bouffe au passage 30% de la consommation parait- il ! Alors oui cette Ă©nergie ne sera pas taxĂ©e, pauvres politiciens


Ceci est vrai j’approuve.

Bonne journée Monsieur Trazibule

trait

Intervenant Anonyme - le 19-11-2011 Ă  20-47

Il est vrai que nous nous sommes mis jusqu'au coup dans le nuclĂ©aire comme aucun pays au monde. Il a accaparĂ© un gros budget public et crĂ©Ă© tout un corps de chercheurs et entreprises.L'industrie nuclĂ©aire trĂšs compĂ©tente dans son domaine, le "nez dans le guidon"(1) ne voit ou ne veux pas voir que cette industrie tous les comptes faits, le prix du dĂ©mentellement et stockage des dĂ©chets inclus, ne corresponds pas et loin Ă  une vente aux particuliers du kWh entre 11 et 12cts d'€ ! alors qu'il est de 25cs au Danemark, 21cts en Allemagne. Rares sont les pays au monde Ă  miser sur le nuclĂ©aire (Ă  part la Chine et ? pour clore les engagements en cours). L'Ă©nergie Ă©lectrique est une Ă©nergie noble Ă  tel point que certains pays en interdisaient l'usage pour le chauffage. Il est Ă  remarquer Ă©galement, bien que le discours Ă©tait de dire: Ă©conomisez l'Ă©nergie, que EDF a toujours vendu "son courant" mĂȘme aux logements "passoires". Et le parc immobilier français est toujours dĂ©ficient

Hélas pour nous, il va falloir se satisfaire des centrales nucléaires durant plusieurs décennies tant les énergies renouvelables (à part l'hydraulique développée avant le CEA ) pÚsent peu en France . Il nous faut de l'énergie pour construire, éoliennes, photovoltaïque, marée motrice...développer la cogénération au gaz et biogaz, tout un travail de longue haleine tant notre retard est grand. C'est aussi un projet porteur d'espoir.

(1)Existe t-il un "cigarettier" disant: j'intoxique les gens je me met dans les tisanes?

trait

Intervenant Anonyme - le 25-11-2011 Ă  19-51

J'ai 65 ans.

A 20 ans, j'ai participĂ© au creusement d'une tranchĂ©e avec des copains pour enfouir une conduite d'eau. Travail avec pelles et pioches. On a mis deux jours pour cela. Maintenant, je serais incapable d'en faire autant. Un tractopelle fait le mĂȘme travail en une heure, avec un seul homme. Et le soir, il n'est pas aussi fatiguĂ© et sa santĂ© est prĂ©servĂ©e.

Il y a une corrélation évidente entre l'espérance de vie et l'accÚs à l'énergie. Dans l'antiquité, les ouvrages étaient réalisés par des esclaves qui se tuaient à la tùche pour assécher les marais, bùtir les villes, les ponts, les aqueducs. Sans compter l'entretient de tout cela. Les Romains se contentaient de fournir les ingénieurs et les soldats pour maintenir ces esclaves.

La disponibilité de l'énergie est un fondamental de la liberté.

Mais il y a un coût : le risque. L'énergie nucléaire a un avantage : elle est plus propre que l'énergie fossile (pas ou peu de CO2). Elle a un inconvénient majeur : le risque encouru est immensément plus grave en cas d'incident. Nous sommes tous d'accord là dessus.

Mais on ne peut pas se passer d'Ă©nergie si on veut rester libre.

Alors ?

TrĂšve de discussions. Il semble Ă©vident qu'il faut remplacer l'Ă©nergie Ă  risque par une Ă©nergie Ă  la fois propre et moins risquĂ©e. Le parc national et international de centrales doit ĂȘtre remplacĂ© au fur et Ă  mesure que les Ă©nergies propres peuvent prendre leur place pour produire la mĂȘme quantitĂ© d'Ă©nergie ou bien une quantitĂ© d'Ă©nergie propre Ă  satisfaire la population existante. Ce sera long, mais on peut penser qu'Ă  la fin, on y arrivera.

Comment y arriver ?

D'abord le problÚme malthusien de la population. Il faut moins de monde, mais avec une qualité de vie supérieure. Admettons.

Ensuite, il faut trouver des énergies propres. C'est dommage qu'on ne sache pas faire de l'énergie de fusion autrement qu'avec des bombes H. Le Deutérium ou ses équivalents sont abondants, la solution pourrait venir de là. Une fusion est dangereuse, mais moins qu'une fission. Et là, l'énergie serait abondante est quasi inépuisable. Il faut se méfier du mot quasi, car le gaspillage suit la loi des gaz parfaits : il occupe vite tout le volume qui lui est offert. Mais passons.

L'idée est donc de remplacer les énergies dangereuses par des énergies propres au fur et à mesure des disponibilités de ces énergies. Donc : sécuriser le parc existant et investir sur les énergies du futur. C'est ma solution. Qu'en pensez-vous ?

Enfin une précision : l'électricité n'est pas une source d'énergie mais un vecteur d'énergie. Il n'existe pas de mine d'électricité. On transforme une source d'énergie en électricité, et d'une maniÚre générale une source d' énergie en une autre forme d'énergie aprÚs une perte due à cette transformation. L'énergie électrique a la propreté de sa source originelle : si c'est le charbon, elle produit aussi du CO2.

trait

Intervenant Trazibule - le 28-11-2011 Ă  00-14

Quelques réflexions suite à votre intervention :

L’ouvrier a rĂ©alisĂ© la tranchĂ©e avec son tractopelle, alors il n’est guĂšre fatiguĂ©, si cela se trouve, c’est le mĂȘme qui le soir venu s’entraine pour le marathon rĂ©gional.
A cotĂ© de la fatigue, la machine aussi permis d’allĂ©ger l’ennui d’un travail rĂ©pĂ©titif sans intĂ©rĂȘt.
Vous avez creusĂ© une tranchĂ©e au point de vous en souvenir aprĂšs 45 annĂ©es, et je ne crois pas que ce souvenir vous soit dĂ©sagrĂ©able. Si vous aviez utilisĂ© un tractopelle vous l’auriez probablement oubliĂ©. Le travail dur apporte aussi une valeur Ă  la vie.

L’énergie nuclĂ©aire est dite « plus propre que l’énergie fossile ». Mais ce sont les ingĂ©nieurs du nuclĂ©aire qui affirment cela en s’appuyant sur la mesure du COÂČ, c’est Ă  la mode ! Curieuse conception de la propretĂ© ! Le CoÂČ est cause du rĂ©chauffement climatique, mais le nuclĂ©aire rĂ©chauffe directement l’atmosphĂšre sans passer par l’étape du CoÂČ. Quand aux dĂ©chets radioactifs contrairement au  coÂČ  ils ne sont pas recyclables et « salissent »pendant 10 000 ans au moins !

Remplacer le nuclĂ©aire, commence d’abord par ne pas mettre de freins aux autres Ă©nergies, et par cesser de construire de nouvelles centrales. En attendant, les fermer au fur et Ă  mesure que nous savons Ă  la fois produire ces nouvelles Ă©nergies et surtout Ă©conomiser celles existantes. Mais la logique actuelle droguĂ©e aux profits, ne veut surtout pas voir rĂ©duire les consommations ! Cette logique s’inquiĂšte moins de produire de l’électricitĂ©, que de la vendre et de contrĂŽler cette vente !
Il y a donc une contradiction de cette logique Ă©conomique, avec les options Ă©nergĂ©tiques nĂ©cessaires, d’oĂč cette nĂ©cessitĂ© de changer ces logiques Ă©conomiques.

Le problĂšme de population est grave, heureusement, il apparait que tout peuple qui se civilise rĂ©duit en mĂȘme temps son taux de reproduction, alors d’urgence aidons Ă  la civilisation ! C'est-Ă -dire beaucoup d’éducation, de justice, de santĂ©, de travail, bref tout le contraire de ce que pratique le gouvernement de Sarkozy.

trait

Intervenant Bal - le 16-12-2011 Ă  16-24

Bien sûr, je me souviens de la tranchée. Et je ne souhaite à personne d'avoir pour perspective d'en creuser d'autres tout au long de sa vie. Quand on a goûté au progrÚs, il est difficile de s'en passer. Et je ne veux pas que mes enfants deviennent comme ces esclaves qui ont construits le pont du Gard ou asséché les marais de la plaine de SaÎne.

Mais votre rĂ©flexion sur le profit qui conduit plus les technocrates, que l'intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral est juste. On gaspille, on ne rĂ©flĂ©chit pas Ă  l'avenir de nos enfants.

Sur le plan technique, il existe peut ĂȘtre une solution Ă  l'Ă©nergie nuclĂ©aire dangereuse d'aujourd'hui. Actuellement, on casse les noyauxd'une quantitĂ© dĂ©terminĂ©e d'Uranium pour obtenir une Ă©nergie dite de "fission" 1000 fois plus forte que celle produite par la mĂȘme quantitĂ© de TNT. Mais cette rĂ©action produit des Ă©lĂ©ments radioactifs dangereux pour l'homme(Iode, strontium etc.). Il y a une autre voie : celle de la fusion nucleaire. Elle est elle-mĂȘme 1000 fois plus forte que la fission. Et obtenur par la fusion de deux nouyaux de Deuterium (pratiquement, d'hydrogĂšne) et ce, sans trop grand danger : lorsqu'on arrĂȘte la fusion, la rĂ©action s'arrĂȘte. Cela n'est pas totalement sans danger, mais les produits nocifs engendrĂ©s le sont moins que dans la rĂ©action de fission.

Malheureusement, on ne sait faire la fusion que dans une bombe H, elle mĂȘme amorcĂ©e par une rĂ©action de fission dangeureuse. Actuellement, on fait des tentatives pour fusionner les noyaux H dans des Totamak ou des Jets, mais la rĂ©action ne dure que quelques secondes. Si on arrivait Ă  entretenir cette rĂ©action (dans un plasma Ă  15 millions de degrĂ©s), on pourrait espĂ©rer une Ă©nergie quasiment inĂ©puisable pour des gĂ©nĂ©rations.

Et alors lĂ , on peut imaginer tant de choses et avoir tant d'espoir !

trait

Intervenant Trazibule - le 16-12-2011 Ă  16-37

L’énergie par fission serait meilleure, et moins risquĂ©e, et un peu moins polluante, d’accord. Reste qu’une question essentielle reste prĂ©sente : Cette Ă©nergie produite s’ajoute directement au rĂ©chauffement climatique, sans passer par la case CoÂČ, elle n’est pas Ă©quilibrĂ©e comme l’énergie solaire.

Si nous ajoutons trop d’énergie sur notre planĂšte venue de la source atomique illimitĂ©e, nous n’avons Ă  ce jour aucun moyen de l’évacuer quand elle se dĂ©grade en chaleur, le rĂ©chauffement est assurĂ©. Et cela Ă©lude la question grave, pourquoi tant de besoin en Ă©nergie ? Elle permet peut-ĂȘtre plus aux hommes de gaspiller et de dĂ©truire que de rĂ©flĂ©chir et d’apprendre Ă  vivre.

En attendant on prend des risques et surtout les autorités nous les cachent: L'accident d'un camion de transport nucléaire sur la base d'Istres tenu secret depuis 18 mois.

trait

Intervenant Bal - le 17-12-2011 Ă  09-54

Précision :  c'est l'énergie de FUSION qui est moins polluante.

Si l'Ă©nergie produite par l'Homme (on devrait dire : "l'Humain", pour ne pas faire de sexisme) sur terre sert Ă  le rĂ©chauffer quand il a froid, elle peut aussi servir aux transports, ce qui produit trĂšs peu d'Ă©nergie calorifique, puisque c'est majoritairement de l'Ă©nergie mĂ©canique qui est produite. Et ces mouvements mĂ©caniques ne produisent pas de CO2, ce qui contribue Ă  rĂ©guler la tempĂ©rature terrestre dans le bon sens. En revanche, il faut de l'Ă©nergie calorifique pour produire nos biens de consommation par transformation : le verre (en moyenne 1000-1200°C), les mĂ©taux (en moyenne 1000-1800°C), les terres rares (entre 1000°C et 2000°C) etc. Mais actuellement, avec les moyens de chauffage utilisĂ©s, cela produit beaucoup de CO2. Avec l'Ă©nergie de FUSION, il faudra les mĂȘmes tempĂ©ratures pour produire nos biens de consommation, mais sans dĂ©gagement de CO2 (en tout cas, bien moins de CO2). Si on combine tout ça avec des Ă©conomies de gestion (1 grosse chaudiĂšre plutĂŽt que 50), on est certainement gagnants. La chaleur produite en excĂšs sur terre sera minime, voire nulle. On peut mĂȘme imaginer qu'on pourra la rĂ©guler...

Ensuite, disposant de bien plus d'énergie mécanique (qui est la forme noble de l'énergie : pas de dégagement de CO2), on peut améliorer les transports non polluants. Ainsi, nous aurons des bananes et des fraises à Noël pour presque rien, des équipements ménagers bien moins chers car le prix de la transformation sera minoré grùce à une énergie moins chÚre. La gestion de la production mondiale sera plus diversifiée, les pénuries seront compensées par les surproductions géographiques. Tout cela sans se soucier de la distribution qui sera facilitée grùce aux transports moins coûteux.

Reste une chose : le "bordel" (le gaspillage...) occupe toute la place qui lui est offerte. Comme la loi des gaz parfaits. Si on veut pérenniser la présence humaine sur terre, il n'en reste pas moins vrai qu'il faudra continuer à ne pas gaspiller et à essayer de prévoir l'avenir. Mais les générations suivantes auront de meilleurs atouts si nous trouvons les moyens de réaliser à la fois la FUSION nucléaire et une meilleure ligne de gestion de nos activités. Comme vous le dites trÚs bien : apprendre à vivre . La vraie vie plutÎt que celle qui est esclave des voitures qui font "vroum vroum"..., des gadgets chimiques et biologiques (ex : prothÚses mammaires et parfums pleins de carbures benzéniques cancérigÚnes)  qui polluent.

Tout cela, en continuant à utiliser les énergies renouvelables : Hydrolique, éolien (amélioré), marée motricité, géothermie (fortes potentialités), énergie solaire directe, gaz peu ou non polluants, etc. qui restent et resteront une assurance pour l'avenir.

La diversité des approvisionnements en égergie est de toute façon indispensable, ne serait-ce que pour maintenir nos savoir-faire et parer au mieux à l'imprévu.

trait

Intervenant Trazibule - le 16-02-2013 Ă  00-36

L'IRSN a évalué l'impact d'un accident nucléaire « grave » ou « majeur » en France.
Son coût irait de 120 à 430 milliards d'euros.
A lire !

Réaction du facteur du réseau : Selon Patrick Momal, "La faible probabilité d'un tel événement ne compense pas l'ampleur de son potentiel catastrophique" . Et si on rajoute que cette "faible probabilité" est jugée forte par le polytechnicien Bernard Laponche, on mesure que la sortie du nucléaire est une obligation et une urgence.

trait

traitimage     image     image