fleur
Catalogue
Dialogue
recherche
Informez-moi
faire-suivre à un ami
Contact
Retour accueil
Imprimer
Imprimer
Catalogue
traductions
English  Deutsch  Italiano  Esperanto  Español  Magyar

Ελληνικά  Norsk  Nederlands  Português  русский  Kiswahili

Suomen  日本語  Kurdî  Slovenščin  Svenska  Türkçe

українська  Tiếng Việt  Wollof  ייִדיש  中文, 汉语, 漢  isiZulu

PayPal - Paiement en ligne

simple et sécurisé !


Pour soutenir Trazibule
 

Recherche

Mot ou texte entre guillemets à rechercher (accents et casse indiférents):
Soit en local sur ce site (précis): (aide)
Article  Journal  Publication
Icone envoiplat-2


Soit via Google sur ce site
(Aide) Icone envoiplat-4
 

Svp enregistrez cet émail:

pour recevoir les nouvelles pages
ou le journal de ce site.


Icone envoiplat-3

 

Faire suivre cette page

Destinataire       
Son email          
De la part de     
Commentaires  

Icone envoiplat-5

Email pour nous contacter
courriel@trazibule.fr

Comment améliorer ce site
le traduire en d'autres langues
ou l'agrémenter de dessins et photos.
Avez-vous des suggestions ?


Vers la page d'accueil

Icone envoiplat-1
 
Mon opinion sur cette page: aide Page mise à jour le
26-12-2021 à 16:13
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
Cochez puis envoyez vos avis, (nombre d'avis reçus affiché)
(Evaluation remise à zéro si l'article est très modifié.).

Icone envoi-1
  Ma réponse à cette page: Qu'en pensez-vous ?
Mon nom ou pseudo
Icone envoi-2
Email pour une réponse

trait
bandeau/monnaie
La dimension économique et juridique est-elle oubliée dans la gestion envahissante de cette épidémie.

trait

Que devient le rôle de l'état suite à cette crise épidémique


A force de suivre les données financières publiées au journal officiel, je constate que l’état a fait d’énorme transferts de fonds aux entreprises privées sou prétexte que ces entreprises ont fragilisées par le covid, sans aucune exigence en contrepartie, la plupart d’entre elles ne publient même pas leurs comptes alors que cela est censé être obligatoire. Souvent même certaines ne sont que de holding ne déclarant que très peu de salariés, ces fonds de placement pouvant alors disposer de ces importantes sommes à leur guise.

Il serait déjà plus juste de dire non « fragilisées par le covid » mais « fragilisée par les décisions de l’état censées réduire le problème du covid ».

Oui ce sont des prêts censés être remboursés un jour, vu l’inflation qui repart ce remboursement sera certainement perdant pour l’état, et comme c’est l’état lui-même qui garanti ces prêts peu de recours n’est possible en cas de non remboursement.

Finalement cela conduit les entreprises privées a récupérer d’énormes fonds, et comme l’état lui-même est endetté, il perds une grande part de sa marge de manœuvre soumis aux dictats des banques qui lui prêtent.

L’argent des banques est prêté aux états qui prêtent aux entreprises, qui payent leurs actionnaires qui placent leur argent dans les bourses et aussi dans les banques qui prêtent aux états…. Qui est gagnant ? Tous sauf les états qui sont devenus dépendants des lobbys financiers.

Les populations dont le travail est payé moins que sa valeur réelle pour assurer un revenu aux entreprises doit acheter ce qu’elles produisent au dessus de la valeur réelle pour assurer une marge bénéficiaires aux entreprises. Donc la valeur de l’ensemble de la production mondiale est supérieure à l’ensemble des salaires octroyés censés acquérir cette production. Ce déséquilibre est compensé par un endettement massif de tous les acteurs du système économique même les propriétaires d’actions qui souvent eux-mêmes empruntent pour mieux spéculer. On en arrive à voir des entreprises contracter des emprunts à faible taux pour payer de meilleurs dividendes !

D’un coté l’état perd du pouvoir économique même s’il a conquis avec ce covid un pouvoir de contrôle de ses populations comme aucune dictature au monde n’aurait pu rêver. Que devient le rôle de l’état dans cette situation ? Ce n’est plus celui de gérer un pays, de décider de ses orientations économiques ou politiques mais juste de ne gérer que sa population. Economiquement il est conduit à privatiser toutes ses entreprises de valeur ou qui marchent bien, les autoroutes, la françaises des jeux, Alstom, et la dernière en date EGIS ( publié un 23 décembre !) car elles ont su facilement mettre aux manettes ceux qui leur conviennent, en possédant les médias les agences de sondages et les moyens financiers sans compter la main mise sur les lois et les agences de publicités. Et si une entreprise bat de l’aile, à coup de chantage à l’emploi il leur est facile de faire assumer le renflouement par l’état. Bénéfices au privé et pertes aux contribuables !

Ce rôle de contrôle de la population se traduit dans les chiffres publiés ou police et gendarmerie sont largement financés, il suffit de comparer l’équipement du policier de base à celui de l’infirmier de base pour se rendre compte des priorités actuelles de l’état malgré une épidémie annoncée.

Les autres grands rôles de l’état éducation, santé, justice, culture, logements sont tous en grande difficulté essentiellement surchargés sous-payés, et grevées de règles incessantes et contraignantes. Ce n’est plus un état qui dirige la France ais un conseil d’administration ! L’Assemblée Nationale est réduite à être une chambre d’enregistrement dont l’état peut même se passer grâce à l’état d’urgence et aux ordonnances.

Seuls les rôles de l’état en transports énergie et agriculture sont encore à peu près à flot car les entreprises en ont un grand besoin. Quand à la grande urgence de l’écologie, magnifique outil pour décorer les discours de joli vert, elle reste la dernière des motivations. Le fait même que les transports soient gérés par le ministère de l’écologie et lui bouffent tous ses budgets permet de faire croire à une importance fictive de ce ministère.

Alors avec police et armée équipées de pied en cap, des caisses vides des dettes gigantesques, toutes les manifestations, cultures et les vies associatives éteintes par les contrôles et les confinements, quelle liberté d’action va pouvoir trouver le futur président à l’Elysée ? Un changement de cap en devient quasiment impossible sans une violente casse su système économique actuel. Même cela est interdit par le secret des affaires, les tribunaux privés où des entreprises peuvent faire lourdement condamner des décisions d’états qui ne leur conviendraient pas. Les états coincés entre d’énormes multinationales, des instances internationales soumises aux lobbyings, des traités arrachés au mépris des volontés populaires dûment exprimées pourtant, n’ont plus d’existences indépendantes, leur rôle n’est plus ue celui de gardien du système l’économique.

Je subodore même que les candidats aux élections présidentielles se rendent bien compte de cette incapacité fondamentale à changer cette situation par des voies légales quand toutes les lois sont écrites par ceux qui en profitent, et redoutent même de se trouver élu sachant qu’ils ne pourront que décevoir leurs électeurs et préférant rester dans un rôle symbolique d’opposant vertueux mais sans responsabilité.

Reste le choix de changer carrément de règles du jeu, écrire une nouvelle constitution, reconstruire une autre économie, changer fondamentalement de priorités, changer même la nature même de l’état. Mais ce rêve se heurte au lourd fardeau de l’habitude, à l’affaiblissement culturel des populations généré par les jeux, les sports, les pubs, la régression de l’éducation, les clichés sécuritaires de la santé ou du terrorisme. Les gens ont si peur du changement, surtout dès qu’ils ont un peu de propriété de peur de perdre le peu qu’ils ont déjà acquis, alors ils se referment sur eux-mêmes, choisissant la sécurité à la liberté. A

Ne reste qu’une solution : à chacun de se reprendre en charge lui-même, reprendre confiance en ses propres choix, seul espoir de reconstruire une vie sociale collective saine et altruiste. Mais ce n’est en rien la voie de la facilité.

Affolé par la chaleur le troupeau de mouton tourne en rond chacun le nez dans le cul de l’autre sans voir où il va, rassuré dans une illusoire sécurité environné des siens, protégé par un berger devenu exploitant de troupeau, mais il finira par tomber dans la réalité du ravin.

Page écrite le 25/12/2021

trait

 

trait
   
      
image          Icone retour-1   Icone hautpage-1

trait

Commenter cette page

trait





trait
image         Icone hautpage-2         Icone hautcomment-2