Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
PayPal - Paiement en ligne
simple et sécurisé !
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page


De la part de

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


courriel@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/ecriture.jpg
 
Article proposé par Alain NICOLAS : Les rapports sur les découvertes archéologiques scientifiques restent-ils crédibles alors qu'ils peuvent être censurées par des intérêts économique ou politique ?



S.O.S. Archéologie-corderie

Je tiens à témoigner de la situation, inacceptable en France, dans laquelle les connaissances produites par l’archéologie souffrent d’une maladie incurable : l’obligation de réserve.
Depuis la création de l’Institut National des Recherches en Archéologie Préventive (l’INRAP), la loi oblige les aménageurs à vérifier si le site sur lequel ils vont construire (autoroute, immeuble, centre commercial...) ne recèle pas dans son sous-sol de vestiges archéologiques importants.
L’INRAP procède donc, avec de vrais professionnels, à des sondages dont les résultats doivent être rendus publics. S’il s’avère à la suite de ces sondages que leurs travaux révèlent des vestiges scientifiquement intéressants, le site est fouillé pendant une période pouvant être assez longue, interdisant ainsi toute construction.
Un rapport objectif, rédigé par la directrice ou le directeur du chantier est officiellement remis à l’INRAP, à l’aménageur et au Ministère de la Culture, les archéologues de ce ministère, fonctionnaires d’Etat, étant soumis eux aussi à l’obligation de réserve.
Les archéologues de l’INRAP sont toutes et tous très compétents sur les plans des connaissances et des techniques de fouilles.
La poursuite de l’aménagement prévu est enfin soumis à un appel d’offres.
Les vrais problèmes commencent là...
En effet, payés directement ou indirectement par les aménageurs, les archéologues ont une obligation de réserve sur ce qu’ils ont découvert. Celà signifie qu’ils n’ont le droit de dire et de conclure que ce que leurs employeurs  les autoriseront à dire et conclure. On est alors en droit de penser que, si le projet d’aménagement du site en question est financièrement important, et si de longues fouilles risquent de le faire abandonner, les décisions à prendre par les aménageurs sont cruciales.

Le cas de la carrière du 5ème siècle avant JC à Marseille-La Corderie est exemplaire de cette situation en 2018. Les aménageurs et toute la chaîne décisionnelle qui inclut la municipalité, Vinci et les services du Ministère de la Culture ont décidé, contrairement à l’avis d’un comité scientifique hautement compétent créé à l’initiative des habitants, de sacrifier ce site unique dans le monde antique pour y construire un immeuble de grand luxe.
La presse et le médias se sont abondamment fait l’écho de ce qui est, pour la plupart, archéologues compris, un scandale...

Il faudrait, selon moi, revenir à une situation administrative antérieure dans laquelle nul ne pouvait supposer que des recherches et des avancées scientifiques ne soient pas indépendantes de pouvoirs politiques ou économiques.
Il ne s’agit pas d’augmenter les budgets de l’archéologie en cette période dramatique pour notre économie, mais de rendre les connaissances produites par les archéologues, sérieuses et crédibles car vérifiables par tous : quel scientifique peut croire les déclarations d'un collègue soumis à l'obligation de réserve par son employeur ? Aucun...


Alain NICOLAS
Docteur en Archéologie

Page écrite le 12-08-20 à 00-18-10

               

Mon opinion sur cette page:
(aide) Page mise à jour le
12-08-2020 à 00:20
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

0

0

0

0
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Ajouter un commentaire.