fleur
Catalogue
Dialogue
recherche
Informez-moi
faire-suivre à un ami
Contact
Retour accueil
Imprimer
Imprimer
Catalogue

PayPal - Paiement en ligne

simple et sécurisé !


Pour soutenir Trazibule
 

Recherche

Mot ou texte entre guillemets à rechercher (accents et casse indiférents):
Soit en local sur ce site (précis): (aide)
Article  Journal  Publication
Icone envoiplat-2


Soit via Google sur ce site
(Aide) Icone envoiplat-2
 

Svp enregistrez cet émail:

pour recevoir les nouvelles pages
ou le journal de ce site.


Icone envoiplat-3

 

Faire suivre cette page

Destinataire       
Son email          
De la part de     
Commentaires  

Icone envoiplat-2

Email pour nous contacter
courriel@trazibule.fr

Comment améliorer ce site
le traduire en d'autres langues
ou l'agrémenter de dessins et photos.
Avez-vous des suggestions ?


Vers la page d'accueil

Icone envoiplat-1
 
Mon opinion sur cette page: aide Page mise à jour le
29-07-2015 à 10:38
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
2
 avis   
2
Cochez puis envoyez vos avis, (nombre d'avis reçus affiché)
(Evaluation remise à zéro si l'article est très modifié.).

envoi
  Ma réponse à cette page: Qu'en pensez-vous ?
Mon nom ou pseudo envoi
Email pour une réponse
 

trait
bandeau/avions
La pollution nous détruit, mais nous continuons de ne penser qu'à notre confort.


trait

Réchauffement climatique et trafic aérien.


La pollution du transport par passager au kilomètre produirait moins de CO² qu’une voiture avec un seul passager mais plus que s’il y a trois passagers dans la voiture.

Informations sur les Transports et CO2 pour un trajet de 1 000 km environ (un aller-retour Paris-Amsterdam) :
• 0,25 t CO2 en voiture de moyenne cylindrée (1 600 cm3), soit 250 g CO2/km1. Augmenter le nombre de passagers réduit proportionnellement ces émissions.
• 0,27 t CO2 en avion (au taux de remplissage de 75 %). Plus le trajet est court et plus il est émetteur au kilomètre car le décollage et l’atterrissage sont proportionnellement plus gourmands en carburant
• 0,04 t CO2 en train. Les émissions dépendent de la source d’énergie. En France, elles sont faibles (0,009 t CO2/ 1 000 km) puisque l’électricité est produite majoritairement à partir d’énergie nucléaire

Le CO²

Mais le CO² d’une voiture est au ras du sol, là où toutes les plantes et la vie savent le recyclée, celui des avions est à 10 kilomètres d’altitude ceux des jets privés 13000m ou rien ne peut l’éliminer.
Aujourd'hui L'augmentation du CO² est déjà réellement catastrophique dans les couches basses de l'athmosphère. Mais que se passe-t-il en haute atmophère ? Combien de temps faut-il pour qu’une molécule de CO² n'atteigne enfin le sol ?

Les NOX

Quand aux autres résidus de combustion les oxydes d’azote ou Nox, (En savoir plus ) « ils sont une source croissante de la pollution de l'air : ils contribuent à l'effet de serre et au dérèglement climatique, et sont acidifiants et eutrophisants ; devenus la principale source des pluies acides (alors que la pollution par les oxydes de soufre a régressé) et de l'acidification des eaux douces ». Leur élimination peut durer très longtemps, seule la pluie pourrait les faire redescendre sur terre mais à 10000 mètres il n’existe guère de pluie les plus hauts nuages de glace plafonnent à 12000 m !

Mais il existe encore deux problèmes supplémentaires :

L'EAU

Les avions relâchent une grande quantité d’eau résultat de la combustion : « La vapeur d'eau est le gaz qui a le plus puissant effet de serre. On prend effectivement en considération les rejets anthropiques de vapeur d'eau mais ce qu'il faut bien voir c'est que la vapeur d'eau ne reste que très peu de temps dans l'atmosphère: il pleut. Autrement dit, il n'y a pas d'accumulation: au bout de quelques jours, les pendules sont remises à zéro. Le CO2 par exemple reste une centaine d'années dans l'atmosphère: donc il s'accumule, le méthane reste environ 12 ans, les CFC (les fréons et leurs remplaçants) des centaines d'années. Résultat, l'effet est très faible. Le plus important est, peut être l'apport de vapeur d'eau par les avions dans la haute troposphère qui est normalement très sèche. »

L'OXYGENE

Plus grave encore les avions brulent une grande quantité d’oxygène, or l’oxygène n’est pas un gaz présent spontanément dans l’atmosphère, il n’est issu que de la vie végétale. ( En savoir plus ).
Sans oxygène (O²)en haute altitude vous n’aurez plus d’Ozone (O3) et ce gaz est celui qui nous protège de l’agressivité des rayons solaires. Mais combien de temps faut-il pour que l’oxygène (un peu plus lourd que l’air) produit au niveau du sol atteigne l’altitude des avions ?

Alors lutter contre le réchauffement climatique conduit à lutter contre le transport aérien.

Qui osera dire cela à Boeing, Airbus, Dassault, Eurocopter… et tous ces constructeurs d’avions quand ils sont si fiers de leurs chiffres d’affaire ! Qui osera dire cela à tous leurs sous-traitants ? Quel voyageur pressé se décidera à prendre un bateau plutôt qu’un avion ? Il est facile de culpabiliser un automobiliste, mais allez culpabiliser ces multinationales et tous les plus riches qui nous gouvernent et ne voyagent qu’en avion !

Ecologiste ?

Des chercheurs sont parvenus à fabriquer un substitut au kérosène à partir de l’eau de mer, parfait mais cela change-t-il quoi que ce soit sur la diffusion en haute altitude d’eau, de Nox et de CO² et la consommation d’oxygène ?

Petite question subsidiaire: quel coût carbone pour la fabrication d’un avion ?

Page écrite le 27-01-2015

trait

trait
   
      
image    image   image


trait

Commenter cette page

trait



Intervenant Pierre Gaugain - le 27-07-2015 à 16-26

Salut Alain, je n'ai pas la compétence pour juger de la pertinence de ton analyse, malgré tout je pense qu'elle aide quand même à réfléchir...

Effectivement il y beaucoup à faire pour changer les choses, mais là j'enfonce une porte ouverte...

PG

trait

traitimage     image     image