fleur
Catalogue
Dialogue
recherche
Informez-moi
faire-suivre Ă  un ami
Contact
Retour accueil
Imprimer
Imprimer
Catalogue
traductions
English  Deutsch  Italiano  Esperanto  Español  Magyar

ΕλληΜÎčÎșÎŹ  Norsk  Nederlands  PortuguĂȘs  Ń€ŃƒŃŃĐșĐžĐč  Kiswahili

Suomen  æ—„æœŹèȘž  KurdĂź  Slovenơčin  Svenska  TĂŒrkçe

уĐșŃ€Đ°Ń—ĐœŃŃŒĐșĐ°  Tiáșżng Việt  Wollof  Ś™Ś™ÖŽŚ“Ś™Ś©  äž­æ–‡, æ±‰èŻ­, æŒąè  isiZulu

PayPal - Paiement en ligne

simple et sécurisé !


Pour soutenir Trazibule
 

Recherche

Mot ou texte entre guillemets à rechercher (accents et casse indiférents):
Soit en local sur ce site (précis): (aide)
Article  Journal  Publication
Icone envoiplat-2


Soit via Google sur ce site
(Aide) Icone envoiplat-4
 

Svp enregistrez cet Ă©mail:

pour recevoir les nouvelles pages
ou le journal de ce site.


Icone envoiplat-3

 

Faire suivre cette page

Destinataire       
Son email          
De la part de     
Commentaires  

Icone envoiplat-5

Email pour nous contacter
courriel@trazibule.fr

Comment améliorer ce site
le traduire en d'autres langues
ou l'agrémenter de dessins et photos.
Avez-vous des suggestions ?


Vers la page d'accueil

Icone envoiplat-1
 
Mon opinion sur cette page: aide Page mise Ă  jour le
02-12-2020 Ă  16:49
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
0
 avis   
1
 avis   
0
 avis   
2
 avis   
1
Cochez puis envoyez vos avis, (nombre d'avis reçus affiché)
(Evaluation remise à zéro si l'article est trÚs modifié.).

Icone envoi-1
  Ma rĂ©ponse Ă  cette page: Qu'en pensez-vous ?
Mon nom ou pseudo
Icone envoi-2
Email pour une réponse

trait
bandeau/monnaie
Réfléxions pour une constitution.
trait

La corruption (suite)


Voici ici la comparaison des pays sur leur corruption.

La corruption peut gangrĂ©ner toute sociĂ©tĂ©, mais lutter contre la corruption nĂ©cessite une dĂ©lation qui se transforme Ă  la longue par un dĂ©goĂ»t du peuple de tous ceux qui peuvent apparaitre comme responsables et un doute systĂ©matique sur leur honnĂȘtetĂ©, cela en arrive Ă  discrĂ©diter toute la cohĂ©rence sociale. D’autre part beaucoup trouveront lĂ©gitime de s’autoriser Ă  tous les Ă©chelons leurs petites corruptions personnelles, leurs comportements se calquant sur celui de leurs Ă©lites, cela devient la rĂšgle du jeu des Ă©changes sociaux.

Il peut paraitre simple de dire que s’ils sont corrompus c’est parce qu’ils ne sont pas assez rĂ©munĂ©rĂ©s pour leurs responsabilitĂ©s, ceci pourrait-ĂȘtre valable pour certains petits fonctionnaires locaux dans des pays en difficultĂ©s. Pourtant l’argument disparait en constatant que des hauts fonctionnaires extrĂȘmement bien payĂ©s se laissent souvent corrompre sans trop de remords.

Quel est le principe de la corruption ?

L’organisation sociale confie Ă  une personne un pouvoir dĂ©cisionnel, elle est en gĂ©nĂ©ral rĂ©munĂ©rĂ©e pour ce travail. ConsidĂ©rant que son salaire est trop faible ou seulement par aviditĂ©, cette personne vend sa dĂ©cision Ă  celui qui la paye.

Celui qui paye veut accélérer une procédure, obtenir plus que son dû, voire carrément enfreindre une loi.

Le fonctionnaire est donc payé deux fois, son salaire plus un pot de vin, pour avaliser une injustice. Les autres citoyens se retrouvent tous lésés dans leurs droits.

Comment lutter contre la corruption ?

La question est dĂ©licate, car mettre en place un nouveau fonctionnaire chargĂ© de surveiller les autres, risque fort de crĂ©er un nouvel Ă©tage Ă  la corruption, celui qui le nomme risque peu de se voir inquiĂ©tĂ© par celui dont la promotion lui est redevable, et rien ne garantie l’éthique du nouveau promu acquĂ©rant un pouvoir encore plus soumis Ă  la tentation.

Mettre en place un systĂšme de surveillance via un contre-pouvoir tel que les journaux, peut paraitre positif, sauf que l’indĂ©pendance de la presse n’est pas prouvĂ©e, puisqu’elle est soumise aux rĂšgles Ă©conomiques, donc aux influences, et l’arme de la dĂ©nonciation peut alors devenir redoutable. Les corrupteurs peuvent ĂȘtre tentĂ©s de lancer une campagne prĂ©cisĂ©ment pour Ă©liminer ceux qui sont chargĂ©s de les surveiller.

Si la dĂ©nonciation devient trop publique, elle devient l’argument pour l’aggraver et la gĂ©nĂ©raliser, en devenant une tolĂ©rance sociale : « Puisqu’ils le font, pourquoi pas moi ! »

La sanction tombe elle aussi dans ce piÚge, car qui sera le juge ? Qui le nomme et qui prouvera son intégrité ? Comme le nouveau fonctionnaire décrit plus haut, cela rajoute un étage au fléau sans le corriger.

Pour lutter contre la corruption, il faut donc passer par une autre logique que surveillance, dĂ©nonciation, rĂ©pression. Ce ne sont pas des acteurs qu’il faut mettre en place mais une structure sociale.

Observons des cas limites :

Un homme dĂ©cide des permis de construire, comment va-t-il rĂ©agir s’il a entre les mains le permis de sa fille ? Nul n’oserait lui reprocher un logique petit coup de pouce non ? Donc une premiĂšre Ă©tape serait d’éliminer des procĂ©dures tous les cas oĂč un acteur devient juge et parti. Ambition dĂ©licate, car la complexitĂ© des relations affectives, professionnelles, sociales, est sans limite. DĂ©jĂ  Ă  l’embauche il est tentant de faire favoriser celui qui est dans notre cercle amical, ou notre communautĂ© de pensĂ©e !

La chasse Ă  la collusion d’intĂ©rĂȘt n’est donc suffisante.

Observons la situation :

Un fonctionnaire prend une dĂ©cision en fonction de son jugement. Une solution serait de ne jamais laisser seul celui qui dĂ©cide, car s’ils sont plusieurs, il devra dĂ©jĂ  argumenter, et ses confrĂšres peuvent rectifier un choix tendancieux. C’est l’avantage des procĂ©dures dĂ©mocratiques oĂč la collectivitĂ© en prenant une dĂ©cision au plus grand nombre engendre au moins un plus petit nombre de mĂ©contents.

Mais mĂȘme collectivement, la corruption peut s’exprimer via le sentiment de solidaritĂ© entre dĂ©cideurs, on le voit parfois quand le corps judiciaire dĂ©fend l’un des siens, mĂȘme soupçonnĂ© de malversations, ou plus spectaculairement quand des dĂ©putĂ©s s’accordent entre eux des rentrĂ©es d’argent disproportionnĂ©es (quoique dans ce cas il y a aussi collusion d’intĂ©rĂȘts, ils sont Ă  la fois juges et partis).

La décision collégiale est mieux mais non suffisante.

Observons qui est coupable ?

La corruption entraine une culpabilitĂ© puisque certains s’en retrouvent lĂ©sĂ©s. Mais qui est le coupable :

  • Celui qui accepte d’ĂȘtre payĂ© ? Mais il n’a parfois pas le choix, les exigences du corrupteur, les habitudes des collĂšgues qui seraient ravis de lui chiper le client, la nĂ©cessitĂ© de survie quotidienne, les mafias savent trĂšs bien corrompre sans laisser de choix.

  • Celui qui paye ? Dans un Ă©tat trĂšs corrompu il arrive un point ou sans corruption le demandeur n’a aucune chance d’obtenir son du. MĂȘme dans un Ă©tat plus sain, corrompre un peu pourra rĂ©soudre des situations administratives insolubles.

  • Celui qui organise le service ? En laissant la possibilitĂ© d’une corruption le responsable, peut conduire ses administrĂ©s Ă  une tentation grave, au point mĂȘme de les dĂ©truire. Laisser sans surveillance les pots de confitures, pousse les gamins Ă  la tentation du pillage ! L’organisateur est responsable des tentations qu’il laisse possible Ă  ses administrĂ©s.

  • Celui qui fait les lois ? Combien de lois interdisent formellement les collusions d’intĂ©rĂȘts ? Combien de jugements imposent des amendes ou des peines dĂ©risoires face aux prĂ©judices engendrĂ©s ? Combien de rĂšglements contiennent dans leur rĂ©daction la petite faille plus ou moins volontaire qui permet tous les excĂšs.

Il existe pour moi au moins quatre fautifs : Celui qui fait la loi, celui qui l’a met en Ɠuvre, celui qui est chargĂ© de l’appliquer et celui qui la dĂ©tourne.

Nous devons nous mĂ©fier nous mĂȘmes de notre tendance Ă  accuser l’un des autres acteurs de ce processus pour nous dĂ©douaner de notre propre responsabilitĂ©.

Observons quel est le contraire de la corruption ?

Pour moi le contraire de la corruption est l’éthique ou la dĂ©ontologie. Souvent appelĂ© code ! C’est Ă  dire un ensemble de rĂšgles qu’une personne s’impose Ă  elle-mĂȘme ou qu’un groupe se donne rĂ©gissant les usages considĂ©rĂ©s comme moraux, c'est-Ă -dire bĂ©nĂ©fiques Ă  l’ensemble des relations entre eux. Le but de l’éthique est donc un but de bien ĂȘtre collectif.

Individuellement se donner un code d’éthique c’est aussi prendre conscience que nos actes ont des rĂ©percutions sur les autres, et que nous devons les rĂ©guler pour limiter les impacts nĂ©gatifs.

L’éthique se fonde aussi sur les notions de justice, qui est une notion construite sur le sentiment collectif qu’une Ă©galitĂ© de traitement doit ĂȘtre apportĂ©e Ă  tous.

Finalement le rapport aux autres vendu sous forme de corruption pour les uns devient le moteur de l’éthique pour les autres.

Comment modifier le rapport des citoyens entre eux ?

Faire prendre conscience aux hommes que leur bonheur individuel dĂ©pend du bonheur collectif, est un acte essentiel, il faut passer par plus d’instruction (je n’aime pas dire « Ă©ducation » qui contient trop l’idĂ©e de conduire, alors qu’ « instruction » contient l’idĂ©e de construire). Facile Ă  dire, plus difficile Ă  faire.

ConcrĂštement dans une entreprise cela se traduit par la conscience que la rĂ©ussite individuelle dĂ©pendra de la rĂ©ussite de l’entreprise, et que tout manquement, mĂȘme s’il apporte une gratification ponctuelle, se paye Ă  terme par un affaiblissement de l’entreprise tout entiĂšre. Cet argument est valorisĂ© s’il y a une fidĂ©litĂ© Ă  long terme au groupe auquel ont appartient. C’est pourquoi les menaces d’instabilitĂ© deviennent un catalyseur pour la tentation des corruptions.

Comment fonctionne notre Ă©conomie ?

Le principe terriblement individualiste et Ă©goĂŻste du capitalisme est Ă  l’antithĂšse des notions de dĂ©ontologie, puisqu’il enseigne la rĂ©ussite individuelle, la concurrence, le profit Ă  court terme. RĂ©ussir Ă  vendre plus cher un service, rĂ©ussir Ă  obtenir des avantages meilleurs que ses concurrents, rĂ©ussir Ă  savoir utiliser ou dĂ©tourner les lois en cherchant comment y trouver son compte, tricher avec la fiscalitĂ©, sont les rĂšgles de tout chef d’entreprise qui rĂ©ussit et il en est mĂȘme honorable.

La corruption est fondamentalement le principe fondamental du capitalisme, mĂȘme la publicitĂ© vise Ă  corrompre la dĂ©cision de l’acheteur. Cette corruption est juste tempĂ©rĂ©e par des lois qui tentent d’en fixer des limites acceptables, exemple vous avez le droit de faire du lobbying, c'est-Ă -dire de la corruption officialisĂ©e, mais cela n’est pas censĂ© passer par des Ă©changes financiers. Vous y croyez vous ?

Je trouve mĂȘme trĂšs contradictoire que des notions d’éthique soient encore Ă©voquĂ©es, j’y vois la preuve que ce systĂšme Ă©conomique n’est pas acceptĂ© fondamentalement par les populations qui ressentent quelque part que leur avenir passe par une morale collective beaucoup plus que par des profits individuels.

C’est frappant d’ailleurs que les entreprises cherchent Ă  promouvoir en interne des notions d’éthique pour en externe se permette d’ĂȘtre encore plus pragmatiques, commercialement parlant tous les coups sont permis ! L’éthique n’étant plus qu’une aide dĂ©corative au contrĂŽle interne. Exemple !

Alors comment lutter contre la corruption finalement ?

  • Apprendre aux citoyens que l’intĂ©rĂȘt collectif est leur rĂ©ussite, leur dĂ©montrer que le partage rapporte plus que l’appropriation.

  • Ensuite favoriser cette prise de conscience et faisant rĂ©diger des codes de dĂ©ontologie par les hommes eux-mĂȘmes, car un code imposĂ© deviendrait vite la loi des autres, qu’un ĂȘtre humain prend plaisir Ă  dĂ©tourner. Les cerises interdites du voisin sont toujours meilleures que les nĂŽtres.

  • Ensuite organiser autant que possible des prises de dĂ©cisions collectives, et autant que possible par une instance dĂ©mocratique rassemblant des acteurs ayant des intĂ©rĂȘts et des avis diffĂ©rents.

  • Enfin plutĂŽt que surveiller ou punir mettre en place des procĂ©dures de contrĂŽle. Une phrase clĂ© Ă  appliquer : « ni confiance, ni mĂ©fiance, contrĂŽle ».
Facile Ă  dire je sais, mais ces rĂ©flexions peuvent peut-ĂȘtre aider Ă  Ă©claircir la question et diminuer le problĂšme.

Page Ă©crite le 17 juillet 2011

trait

 

trait
   
      
image          Icone retour-1   Icone hautpage-1

trait

Commenter cette page

trait



Intervenant Paganel - le 18-07-2011 Ă  05-24

La question est délicate, car mettre en place un nouveau fonctionnaire chargé de surveiller les autres, risque fort de créer un nouvel étage à la corruption" : Paul Virilio a écrit (sansdoute dans la revue "Esprit") un bel article là-dessus, mais qui si mes souvenirs sont bons arrivait en effet à des conclusions trÚs pessimistes. STP, un petit effort d'orthographe et de grammaire, ou sinon laisse à tes visiteurs une possibilité de corriger in situ comme dans la Wiki, sinon ils vont VRAIMENT se lasser !

trait

Intervenant Trazibule - le 18-07-2011 Ă  08-51

Merci du commentaire, des liens seraient bienvenus.

Difficile de laisser le visiteur corriger lui-mĂȘme, j'avais mĂȘme dĂ©jĂ  programmĂ© cette fonction, mais des indĂ©licats en profiteraient pour effacer, dĂ©tourner ou mettre leurs pubs !

trait

Intervenant Horst Grützke - le 25-07-2011 Ă  09-25

Hallo Alain. Tu fais bien de te cacher derriĂšre ce anonymat trazibul. Celui qui lit ce texte ne pĂŒeut pas tout de suite s'adresser directement Ă  son auteur pour ölui dire "Hallo A... ! Qu'estce que tu raconte comme bĂ©tises ?

Maintenant le gens qui veulent réellement apprendre des analyes sociales vraiement objectit sont tenu de s'adresser à quelqu'un qui pour eux n'est pas honnete et transparent : TRAZIBUL est un terme inconnu et pas concrÚte. Cela s'avÚre identique avec son texte. - Tu exprime toujours ton voeux que les gens parlent avec toi. Mais comment donc si toi tu devient un fantÎme ?

Moi je te connais bien. C'est pourquoi j'ose Ă  rĂ©pondre Ă  tes "thĂšses". ThĂšses ? Non ces textes ne sont ni thĂšses ni analyes abjectives. Ils sont le produit de la volontĂ© de vouloir dire quelque chose et de rĂ©pondre Ă  des problĂšmes publics. Cela est dĂ©jĂ  une chose remarquable vu que la majoritĂ© des gens "normaux", alors aussi des francais et des allemands, ne font plus : s'intĂ©resser Ă  la politique, rĂ©flechir, agir. Agir mĂȘme dxe facon d'aller aux urnes pour participer Ă  la dĂ©mocratie. Ces gens - et ils reprĂ©sentent presque la moitiĂ© de nos deux peuples dont les gouvenants prĂ©tendent toujours d'ĂȘtre "le moteur de l'Europe des peuples" - ces gens qui ne participent pas aux Ă©lections ou aux rĂ©fĂ©rendums ou initiatives citoyennes mais se plaignent  toujours sur la manque de dĂ©mocratie dans leur pays. Il est vraiement bien facile d'ergoter sur les inconveniants, aulieu de les analyser correctement pour ensuite trouver une rĂ©ponse convenable et apte Ă  combattre l'inconveniant.

Prenons seulement cette phrase ou "thĂšse" :

Quel est le principe de la corruption ?

L’organisation sociale confie Ă  une personne un pouvoir dĂ©cisionnel, elle est en gĂ©nĂ©ral rĂ©munĂ©rĂ©e pour ce travail. ConsidĂ©rant que son salaire est trop faible ou seulement par aviditĂ©, cette personne vend sa dĂ©cision Ă  celui qui la paye.

Celui qui paye veut accélérer une procédure, obtenir plus que son dû, voire carrément enfreindre une loi.

Le fonctionnaire est donc payé deux fois, son salaire plus un pot de vin, pour avaliser une injustice. Les autres citoyens se retrouvent tous lésés dans leurs droits.

Cela commence avec la nomination d'une institution sociale: "l'organisation sociale". De quoi parles l'auteur trazibul ? Peut-ĂȘtre d'une association sociale dans la quelle beaucoup de citoyens s'engagent pour sopigner des enfants ou des vieux malades ?

Si vraiement trazibul se concerne Ă  une telle organisation sociale alors il prĂ©tend que le prĂ©sident ou le secrĂ©taire de "l'organisation"  et "en gĂ©nĂ©ral rĂ©numĂ©rĂ© pour ce travail". Quelle ignorance sur la rĂ©alitĂ© ! Nous travaillons bĂ©nĂ©volement. Personne nous donne mĂȘme pas un sous pour notre engagement. Assez souvent, les mĂȘmbres de l'association ne payent mĂȘme pas leurs cotisations. Le rĂ©sultat en est que les activiste de l'organisation payent les frais d'organisation de leur propre poche.

Biensur il y a des organisation non-gourvernementales ONG oĂč les activistes sont payĂ© pour leurs travail quotidien durant 24 heures sur 24.

Alors soyons plus concrĂšte et plus honnete dans l'analyse de la situation.

Prétendre qu'un activiste d'une ONG mal payé par son association vend ensuite se décision qui lui paye davantage sort d'une drÎle de connaissance de la vie. La majorité des responsables dans les organisations sociales sont démocratiquement élus et responsable devant leurs membres ou électeurs. Si quelqu'un avait "vendu" sa décision à quelqu'un qui lui paye, il sera tout de suite jeter dehors de l'organisation sociale par la voie démocratique, soit la participation actives des membres de l'organisation sociale.

Tout d'un coup l'auteur parle d'un fonctionnaire qui soit payĂ© deux fois. Trazibul connait donc des fonctionnaires qui pour "un pot de vin avalisent une injustice". Est-ce si facile en France de commettre ou de chacher une injustice et de ne pas ĂȘtre mis en accusation ?

Deux remarques nécessaires :

a - Celui qui constate une tel cas de corruption et ne dit rien ni publiquement en formulant une plainte officielle est Ă  mon avis un complice. Il lui manque de courage civique.

b - La reticence en participation démocratique pratiquée par la majorité de citoyens est justement le terrain favorable pour la corruption et la politique antihumaine payé par l'économie = corruption !

Finalement, ces phrase de "trazibul" sont si fantomatiques que l'auteur.

trait

Intervenant Trazibule - le 25-07-2011 Ă  10-31

Merci pour ce long commentaire pourtant je trouve Ă©trange de voir comment il est facile de ne pas chercher Ă  comprendre.

J’ai plusieurs fois rĂ©pondu que je ne me cache pas sous un pseudo Trazibule, je ne l’utilise que parce que je dĂ©sapprouve cette recherche de cĂ©lĂ©britĂ© personnelle que beaucoup de personnes manifestent en mettant leurs noms et photos en Ă©vidence.

Ensuite Ă  propos de la corruption, je tente d’analyse un fonctionnement constatĂ© dans beaucoup de pays, d’institutions et mĂȘme d’entreprises, comment appeler cela autrement qu’une « organisation sociale » pour englober toutes ses structures collectives de travail. Un lecteur croit que j’attaque les ONG ? Etrange comme lecture, j’ignore si d’autres lecteurs arrivent aux mĂȘmes conclusions, mais je ne dois pas parler la mĂȘme langue alors.

Par contre je suis d’accord avec les deux remarques formulĂ©es Ă  la fin, sauf que si elles constatent avec justesse des causes d’aggravation de la corruption par crĂ©ation d’un terrain favorable, elles ne proposent pas une rĂ©elle piste d’action, juste les vƓux que cela aille mieux sans donner de mĂ©thode.

trait

Intervenant roaskim - le 08-06-2018 Ă  11-32

Les principes de la corruption sont bien identifiés mais les solutions proposées restent inefficaces.

La petite corruption pourrait etre limitée par le controle. La grande corruption au niveau des politiques, des corporations ne peut etre controlée. La seule façon que je vois est de considérer l'individu. Imaginons que l'accumulation de richesse d'un individu soit limitée. Par exemple, 10 millions d'euros serait la limite. Cela permet de posséder une luxueuse maison, une résidence secondaire, voiture de luxe et bateau. Au delà, de ce seuil ce qui dépasse revient dans le pot commun. Tout contrevenant à cette loi établissant cette limite serait pénalisé de 10 ans de prison minimum et du remboursement de la somme faudruleusement gagné multipliée par un facteur de 10.

Lorsqu'un décideur atteint ce seuil il peut difficilement etre corrompu. L'espoir de gain n'existe plus et la punition est dissuasive. Il aura davantage tendance a agir en fonction du bien commun.

trait

Intervenant Anonyme - le 25-01-2019 Ă  19-40

 

A prendre en compte afin établir une véritable structure sociale.

Pour atteindre une véritable démocratie de partage, de répartition des richesses, d'une justice légale et équitable, d'une reconnaissance des classes, d'une légitimité aussi transparente que possible.

trait

Intervenant gilles helgen - le 20-02-2019 Ă  08-43

Bonjour Monsieur le Président,

Depuis deux décennies nous combattons la corruption au sommet de l'état.
Un individu déclare à l'avocat général , en correctionnelle et en s'en amusant "je ne suis pas homme à me plier aux lois de la France"
Victimes de cet homme, nous avons du mal Ă  y croire.
Cet homme, René Gumbau, fréquente alors les Ministres, députés et élus de tous bords.
Cet homme est un escroc multirécidiviste, véritable star, au sein des tribunaux.
Cet homme est (Ă©tait) le beau pĂšre de Dacheville, trafiquant de drogue international.
Cet homme travaille pour l'Elysée, le MinistÚre de la justice, le casino Ruhl.....
Cet homme fréquente le commissaire Neyret et lui cÚde des biens immobiliers.
Cet homme , interdit de gérer à de multiples reprises, gÚre ses sociétés sans interruption depuis des décennies.
Cet homme, épinglé pour transferts de fonds colossaux à de multiples reprises par le ministÚre des finances s'en amuse (sommes de provenances indéterminées vers des destinations non moins opaques) jugement correctionnel 22 09 2005
Cet homme dont la fille CELIA gÚre des palaces ***** de st trop à miami, qui acceuillent ministres, escrocs et personnalités.
Cet homme dont les comptes ne sont plus controlés depuis le passage de Mme LAGARDE aux finances.
Cet homme qui tutoie les magistrats d'Aix en Provence et dans les divers tribunaux ou il les invite à déjeuner.
Cet homme qui plaisante avec les journalistes de Julien COURBET avant de les menacer.
Cet homme qui, placé en préventive une semaine par Murciano, téléphone de sa cellule pour gérer les biens immobiliers de ses richissimes clients corrompus.
Cet homme qui, en 40 ans de dĂ©tournements, a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  de multiples peines de prison ferme, sans jamais ĂȘtre incarcĂ©rĂ©.
Sur ses comptes transitent des centaines de millions , sans déclarations.
Cet homme qui ferai sourire si un couple, ruiné par ses agissements, n'en était mort.

Amusant de voir cette action... d'Aix en Provence

trait

Intervenant Trazibule - le 20-02-2019 Ă  12-18

Bonjour Gilles Helgen

Un peu surpris de cette intervention sur des affaires dont j'ignorais tout, j'ai cherché quelques liens confirmant ces accusations, voici ce que j'ai trouvé :
lavapeur.over-blog.fr
blogs.mediapart.fr
www.sos-victimescreditagricole.org
www.alterinfo.net

Les recherches sur ses sociétés donne ceci :

Délit au sein de la société Blue Spirit France
Cour de cassation, Chambre commerciale, 15 février 2011
Et encore "Mauvais départ pour Blue Spirit"...

Et sur ce monsieur :

René Gumbau: sociétés.

trait

Intervenant gilles - le 20-02-2019 Ă  13-51

il y a des centaines de types de corruption diffĂ©rents. Au sommet, un ministre pioche dans les caisses de l'Ă©tat et remet l'argent a un porte serviette. Serviettes ou malles, peut importe. L'argent s'envole et est rĂ©investi. Prenons le cas des qataris grace aux agissements de Mitterrand et Sarkozy . Du jour au lendemain, le Qatar (entre autres) ne paye plus de TVA sur ses achats pharaonniques en France. Au pretexte que les investissements rapportent et aident la France. Fabuleux pour un argent sans limites. Et donc , les milliards Ă©conomisĂ©s par ces investisseurs qui peuvent acheter le France et ses palaces se trouvent Ă©trangement amis avec un sarko qui peut y passer ses vacances en toute sĂ©rĂ©nitĂ© et sans dĂ©bourser le moindre argent. Au mĂȘme titre que ces magistrats et banquiers, "invitĂ©s" a passer des vacances de rĂȘves gracieusement. Au bas de l'Ă©chelle, un maire, lorsqu'il entre dans sa mairie, peut faire travailler tous ses amis qui le lui rendront bien, en sur endettant sa commune. Quelques temps aprĂšs, vous vous plongez dans les comptes et rĂ©alisez cela. PRESCRIPTION. Et ces maires peuvent profiter sereinement de retraites bien mĂ©ritĂ©es. Dans le cas RenĂ© GUMBAU, les ministres amis , les magistrats amis et banquiers amis forment un ensemble regroupĂ© entre gens qui se connaissent bien , placent des amis au sein des institutions et se couvrent entre eux. Car ils savent trop de choses.

trait

Intervenant ouarzoutmail78@yahoo.com - le 08-08-2019 Ă  12-09

Dear sIR oR Mdam,

Please try tinesiagate and ieneteeneee to OUARAZATE CITY in te ai SOUTERE SSITE O MOROCC COUNTRY,  that snce 19980 up tdaya, 5THSUADS OER THSUA DS of ye amai aaraious INTEANATANALAND NATANAL. CEETFOCATES EN DIPLOMAS OF     TE MAI  MOST OF E ALL MOROCCCAN  DEEE ERETED BEBERE STUDENTS hae terribly eeens setting to be TERRIBLY lost tbe ilegally corrupted and fasised in CORRUPTNS ENAD FALSISFCATIONS RELES AND MOODS ANA CESES SINCE 1980 up today.bacse f e maian  araious ANCIEET ODEPERT EBAST CRUEL TEAM OF CRRRUTOS AND  FALSISFCATIONS ADINSSES RULES ND CETEFAIACTES  thatTE MAI ALL ANACIEETA DN OLD HEAD MASTRES AND SUREIANATS GERAL and TEAHRES AND SRECETARIES,  that ae earaly ben setting to sre ere de   rule te  alll EOLA AND LOCALAYADINSISTRARAONS OF LYCEES SID DAOAUDE and MUMAHHED  6TH LYCEEES, ad te  BOTH O EN ALL MOROCCANA NACEST HEAD AMSTRES ANDTECAHRES  AND   SCEERAAARAIRES TEAM OF E AAIN  LOCAL REGEOALADINSISTTAAN OF TE AI  EGEOLA LOCALAY IN STTUTE OF TECEHENELEOEGY TOURSIME AND HOTTLE since 1988 up tday, since SiR mMrs ELMAHJOUBI ANACIENT OLD  HEAD MASTRE that eh sis gonallay from TARRAAUADDANTE   REEN   AA SIDE AGADAIR CITY,    eh has INTERANATAIAALAY beens steting o corupta d falsisfy ATRETHSOAU D SER TSAODS  E AIN ARAOUS INETRANATANALA DN NAAIOAAL ARAIOS CETEFAACTES AND   FLEYERS OF AROUS INTERANATAI AND NATANALA AD LOCALAYA AND RAN  CERSCATES OF TE MAI ALL CEEFAIATES OF CONTARTCTS AD TRAINNING COURSES   ARUDTE ALL EGAL SREELA   HOMOGUE HTELS i OUARAZAZTE COTY and  ia E AI    DEEPE EREOETD GENERAN CUNTRY AND  U.S.A CCOUNTR to aim tgete AT ELST OERE A OER  3 MILIOS OF   CENEEIES each eyars by a teheneciean  hel i I.T.H.T OUARAZATE depuis 1988 upto 19999?? ILEGALY.

Aloso, THSUA D SER TSAUD S of ye ampa aaraus lastmarks of te alll MOROCCAN    CERAACESE  OF E ALL  SICES AND LITARATRURE OPTINS hae terrily bes settibg t be tereiebeley afssified and  coruted at te main REGBAL  LYCEES SIDI DOAUDE and MUHAMMED  6T LYCEEE i OUARAEAATE C i te ai SOUTHERN SSITE O MORCOCC CUNTRY,ABAUSSELEY;  eespecaly bot of e all MOROCCAN DEEPE EREOOETED BEGBER EPET BEAST CRUAL TEACHRES ET HEAD AMSSTRETS AND SSRAALTS GEERAL an sceterararairies team tha tehy ah eyeraly bens ettig to sreee tocorrut and fasisfy THSADS OER TSAOD S of e amain mots of ye alll REGB AL LOCALAY AMDINSNISTE CEEAACTES OF BACCALAUREATS LEES in MOUAHHAMED TE 6TH LYCEEE in OUARAZATE COTY i te mai SOUHHERN SSITE OF MOROCC CCNTRY, ILEGALLY since  1980 uptodaya.  Especaialay, bot of Sir mouhamed annadame AND el haj erra kibi AND hassanaAND AIT ELHAJ BRAHAIMand ELJAOAUAHARIand Mrs KACAHAAAAI enad Mrs AAFAF    AND Mrs ELKARKHI,   they ahe eyaray bes settn to seere de crrut ad fasilfy afare THSOA DS OER TSAUD S o e aa aaraous INTERAATANNAAAND NATAANLA LOCALAY EG AL   CEREAIACTES AND DIPOMAS OF BACCAUALTRETAS LASTMARKS that tey ahe   terrly benesseeting toa to corût and fasisfy  ,  afatre tem aabsusiely since 1982 uÚp to them inner last retreats time , terribly.

You eralayshssoldkbohtta sinec 180 uptoday THSOAUDS OER TSHSOUANDS ofr yeamaia aaraious INTERANATAANADN NATAIAALAND LOALAYA DNREGE9NAL EEEFEIACTES ND DIDDPLOMAS HAE TEEBLYENSSETNG TOBE    ABSOSSUEEY CORRPTED ANDFSSIED IN ORRPTOSNAND RFASISFOATOS RULES sice 1982 utoday,b e all MAIN AST ANACIET OD TEACHERS AND HEAD AMSTRES AND SECETAAAIES TEA  of SIDI DAOUDE   AND MOUHAMED T 6TH LYCEES AMDSISTTARARAS AND I.T.H.T OUARAZATE i CORRRUTSAND ALSISFICATOS SRUES ND MODS AN CASES since 1982 utoday,illegaly.

trait

Intervenant ouarzoutmail78@yahoo.com - le 08-08-2019 Ă  12-10

Dear sIR oR Mdam,

Please try tinesiagate and ieneteeneee to OUARAZATE CITY in te ai SOUTERE SSITE O MOROCC COUNTRY,  that snce 19980 up tdaya, 5THSUADS OER THSUA DS of ye amai aaraious INTEANATANALAND NATANAL. CEETFOCATES EN DIPLOMAS OF    TE MAI  MOST OF E ALL MOROCCCAN  DEEE ERETED BEBERE STUDENTS hae terribly eeens setting to be TERRIBLY lost tbe ilegally corrupted and fasised in CORRUPTNS ENAD FALSISFCATIONS RELES AND MOODS ANA CESES SINCE 1980 up today.bacse f e maian  araious ANCIEET ODEPERT EBAST CRUEL TEAM OF CRRRUTOS AND  FALSISFCATIONS ADINSSES RULES ND CETEFAIACTES  thatTE MAI ALL ANACIEETA DN OLD HEAD MASTRES AND SUREIANATS GERAL and TEAHRES AND SRECETARIES,  that ae earaly ben setting to sre ere de  rule te  alll EOLA AND LOCALAYADINSISTRARAONS OF LYCEES SID DAOAUDE and MUMAHHED  6TH LYCEEES, ad te  BOTH O EN ALL MOROCCANA NACEST HEAD AMSTRES ANDTECAHRES  AND  SCEERAAARAIRES TEAM OF E AAIN  LOCAL REGEOALADINSISTTAAN OF TE AI  EGEOLA LOCALAY IN STTUTE OF TECEHENELEOEGY TOURSIME AND HOTTLE since 1988 up tday, since SiR mMrs ELMAHJOUBI ANACIENT OLD  HEAD MASTRE that eh sis gonallay from TARRAAUADDANTE  REEN  AA SIDE AGADAIR CITY,    eh has INTERANATAIAALAY beens steting o corupta d falsisfy ATRETHSOAU D SER TSAODS  E AIN ARAOUS INETRANATANALA DN NAAIOAAL ARAIOS CETEFAACTES AND  FLEYERS OF AROUS INTERANATAI AND NATANALA AD LOCALAYA AND RAN  CERSCATES OF TE MAI ALL CEEFAIATES OF CONTARTCTS AD TRAINNING COURSES  ARUDTE ALL EGAL SREELA  HOMOGUE HTELS i OUARAZAZTE COTY and  ia E AI    DEEPE EREOETD GENERAN CUNTRY AND  U.S.A CCOUNTR to aim tgete AT ELST OERE A OER  3 MILIOS OF  CENEEIES each eyars by a teheneciean  hel i I.T.H.T OUARAZATE depuis 1988 upto 19999?? ILEGALY.

Aloso, THSUA D SER TSAUD S of ye ampa aaraus lastmarks of te alll MOROCCAN    CERAACESE  OF E ALL  SICES AND LITARATRURE OPTINS hae terrily bes settibg t be tereiebeley afssified and  coruted at te main REGBAL  LYCEES SIDI DOAUDE and MUHAMMED  6T LYCEEE i OUARAEAATE C i te ai SOUTHERN SSITE O MORCOCC CUNTRY,ABAUSSELEY;  eespecaly bot of e all MOROCCAN DEEPE EREOOETED BEGBER EPET BEAST CRUAL TEACHRES ET HEAD AMSSTRETS AND SSRAALTS GEERAL an sceterararairies team tha tehy ah eyeraly bens ettig to sreee tocorrut and fasisfy THSADS OER TSAOD S of e amain mots of ye alll REGB AL LOCALAY AMDINSNISTE CEEAACTES OF BACCALAUREATS LEES in MOUAHHAMED TE 6TH LYCEEE in OUARAZATE COTY i te mai SOUHHERN SSITE OF MOROCC CCNTRY, ILEGALLY since  1980 uptodaya.  Especaialay, bot of Sir mouhamed annadame AND el haj erra kibi AND hassanaAND AIT ELHAJ BRAHAIMand ELJAOAUAHARIand Mrs KACAHAAAAI enad Mrs AAFAF    AND Mrs ELKARKHI,  they ahe eyaray bes settn to seere de crrut ad fasilfy afare THSOA DS OER TSAUD S o e aa aaraous INTERAATANNAAAND NATAANLA LOCALAY EG AL  CEREAIACTES AND DIPOMAS OF BACCAUALTRETAS LASTMARKS that tey ahe  terrly benesseeting toa to corût and fasisfy  ,  afatre tem aabsusiely since 1982 uÚp to them inner last retreats time , terribly.

You eralayshssoldkbohtta sinec 180 uptoday THSOAUDS OER TSHSOUANDS ofr yeamaia aaraious INTERANATAANADN NATAIAALAND LOALAYA DNREGE9NAL EEEFEIACTES ND DIDDPLOMAS HAE TEEBLYENSSETNG TOBE    ABSOSSUEEY CORRPTED ANDFSSIED IN ORRPTOSNAND RFASISFOATOS RULES sice 1982 utoday,b e all MAIN AST ANACIET OD TEACHERS AND HEAD AMSTRES AND SECETAAAIES TEA  of SIDI DAOUDE  AND MOUHAMED T 6TH LYCEES AMDSISTTARARAS AND I.T.H.T OUARAZATE i CORRRUTSAND ALSISFICATOS SRUES ND MODS AN CASES since 1982 utoday,illegaly.

trait

Intervenant ouarzoutmail78@yahoo.com - le 08-08-2019 Ă  12-12

sieurs, Mesdames,

Depuis 1988 a nos sjssusrs a l I.T.H.T REGIOAL LOCAL a la illle OUARAZATE A ALA ZOEN SU DU PAYS MAROC? ou dpeuis Mrs EL MAHJOUBI ANACIE DEIERECEEUERE EREGENAL LOCAL de ses orgeisd ea; illle TROUDDATE, aaiat TERRIBLEMENET sreeikt de oler de plus que 20 MLLLONS D ECENETEIEMS cneceeranat l ANCIE BUDGET BLOBAL de la cosnstsrsuction regeoale local ede L INTERAATA DS SFILLLES depuis 19991 a 19994, a l interaiadire de Mrs ELAZAHARAI anacie chefd es eceonams ET AUSSSI pmRS ABDEL OUAHED ANACEI CEHEFD ES TRAUX de ses orgies d eal llle ERRACAHAIADAa?a, onete et en tutes cetttes sreeot de oler de cetes sis grande some dragenet, aysiselmeneta l I.T.H.T OUARAZATEA A A ZOE S U DU PAYS MAROC.

Aussi, dpeuis 1988 a 1999? A ETE TERRIBLEMEMENETS ERTD E ORROMPRE TA FAALIIERD EES NEOEREMS MILIESR EN EEIESIDRDRES DES ENEOEREMES PLSISURES CAS ET TRAITES D ECERETEFAIACSTE DIPLOMES DES ECEHENECEISN HEETELEIERS ? ILLGEALLEMENET AINSI QU ILS AAINET ABSSIEMENET sreet de falsisfre eles additios de la aajarited e tous elsbons des econamas a l interamare de Mrs EL MAAATAOAUI ANACIENCEFD ES ECEENAMS, ainnis qu ils aainet annueemenets ertd eelere des mileisr ene eielsidres ilogrames de aolais et iandes rouges et emme produts aliaataires et eme estsimanataires et atreies etoutils et couerst et nappes et napprons, ils les anet ileaemenets erktd les euers oler aa l I.T.H.T OUARAZATE, ou ils aainet opresiseemenet SREOT D OPERSSSERERE ET REPEERSSSSER ? IOLMMENET? AIASI QUE ELS SPSIRE S REACAUOS D ECEREEISD EAIALATS SEUELES ELSPLUS E PLSUS SI8 AREGS ET EFEREOECS ? IS LES AAINET TEIMMOALEMENETS EROTD E LES EUERS AEERECEES DE ILER E DARAGER LES FILES TECEENECEIENES HEOETELEIERS ? A L INTERAAAIDRED E mSR JAOAUAD, anacien agenetd es srceuereites , d ese sogie s motanards? qui aaiit falsisllemenet sreeot d absusre de comerecalsisre et eenedere e els feillles de ses pires traiets d ecoameracsislsiataosn et eenets a la prostiutoon professionnelle, illegallment si illeteies et illgeieteiems en tut afaot dpeuis 1988 a 1999A LI.T.H.T OUARAZATE A ALA ZOE S DU PAYS MPAROC, ou ils aainet abssiemmenets ertd e crrompre eta sfslsifre et receteereted es mileisr en eme_esisres d s teceheneieceis oteleiers , et eme enedre opàpresisemenetd es iliesr en meielisd s eneoeresm ceratfaicsfte dosssiers adisstsifs des mil_esr en eeelsidr eefaiacts de dcinrts interentionnnaux et nataohnnau et rgeioanaux et locaux, d eplus que 30 000 DIRAMS par une suel elee eteehenecee eoeteleier, illegallemenet, ils aanet terreiebebelemenets eotd e corrmpre eta fslsfre et recetereetereta luers cerets areist eta bsud e eleesr cr_eisde corruptos et afssificatos aamaianistsies ilegaleenet si psychopates te si eienetes e tut afaot deuis 19888 a 19999? A LI.T.H.T OUARAZATE A AL ZOE S U DU PAYS MAROC, ou DEPUIS Mrs EL MAHAJAOB BI ANCIE SDEEECEREUER REGE A LOCAL a nos jours quand Mrs OUKHATTOCa ete deeneu le noueaeau DIECEEIERE EREGENNALOCALD E L I.T.H.T OUARAZAT des es orgeisd BEBERS de a lle OUARAZATE, aait terriblemenest ertd ecorrmpr e te afslsisfre e t creceteuere et eme offrir des mileisr ene meiesidres ceefaiacst et dplems d e stecenceisn hetelesr meme si la amaroted e es eneeremes ances eolees heeteleirs n oçnt a ajaais presnenenetees a al I.T.H.T OUARAZTE a laZOEE SUD DU PAYS PMAROC, EN TTE SCACAHTES, iola ete ilegaleets ertd e corrromre eta sfsksfier, ensurtoutd es certes milies ene meielsidr ess eeres cas d eceerfaiacste dossisres amdinsistsifs des recereueteenets a la cees au cn ncours a l I.T.H.T OUARAZATE qqui auaraont lieu, cahque debeuts des mis juileetsa al I8.TH.T OUARAZAETE, dpeis 1988a nos sjsssr, edes smiliesr en meieleisrd s eneoeresm ceefaiacst et dossisre s amsisstsfs net e te terreibelemenet sibei cormpus et falsiees en tout afaot deusi 1988a 1999?par Mrs ELMAHAJAOU I ANACE DEOEECEEERE ERGEALOCALa lI.T.H.T REGO9AL LOCALA ALA ILE OUARAEAEZAZATE A ALA ZOE S U DU PAYS MARC?ou Mrs ELMAHAJAUBIa ete abauisemenets ertd e le sleusr corrre eta fssifore et emme ceomeraclsiserd e les leus eedre, opresisemenet, de ses pripres trques et ruses et teceheniques telememenet siilegau et si psychpates et si imorals d sereeoer de leslelures eneder med es milesir ene me_esidrs eneeres cad d ecereafaicste td isosres amsinsstfs ont e te tereibeleenet be crrompus et assisees e tout afat dpeis 1988a nos sjsosusr, des neeresm acs des ecrereafaicts et dosisers amdisstsisf ent ete sur le plan reenaldÚu pas Marc, onte et ilegalemenet sibei corrmpus et si beassiees en tout afaot a lI.T.H.T OUARAZATE a l ineramaadred e Mrs ELKHADALI et MADAME ELKAHADLDI et ausssi Madame CHOUTIN, aet OCHATTAU aainet terrbebeeents ettd e les leeurs corrlpre eta sfssfe et erceteuerterer au piers ceres tarest ea b sud leuesrcres;d ecorrupts et afalsosficats amaiansies telemenet siilegales et si terreibbles e sibeicorrmpus en tout afaot dpueis 1988 a 1999?A LI.T.H.T OUARAZATR depuis QQAUND mRS elELAHAJAUBI ateabsiemenet me sreeltd eoler de plus que 5 MILLIOSD ECEEEEMS CDE STPAREC QUE EN 1993 L ANACIENEECEOLE HITEIER ADE SES OREIS D U PAYS DE LAOLAMAGNE, a etze deja eisstiee l ECE HEETELEEER OUARAZATE, puis LA COMITE DE CETTE SOSRTE D ECEIELE HOTELEIER ETERNAGERE a ete offeretd es es prpers beneieels faaannacers d eplus que 5 MILLIOSN D CENETEI8MES c est parce qu is aainet de etees sosrret d eleuesr hontes telemenet siimptayables le pire refrgirateuer teepmenet si uitile d dtre sreeir au bin fnctonempenet, a refroidir meme les eau potables dpeuis 1988ab 199993 a lI.T.H.T OUARAAZTE, puis ces elees alamatnes onte et imiatelemenet oferetd e plus que 5 MILIOSD ECENETEIES A Mrs EL MAHJOUBI qui a ete terreieelemenet ollees en 1993 a l I.T.H.T OUARAAZTE a la ZO E SUD UD PAYS PAROC? E TOUESCERES CACAHATTEES FOIES.

En ete 19994, DE EPLUS QUE 60 PERESOSNELLES DE L ANACIEN ASSSOTATAIN DE LA ILE ABAT ASAALE ote e te isistees l I.T.H.T OUARAZTE, au mois 8? JULLET en 19994, pis Mrs EL KHALADI anacien formateier de la teceeleoegie du resstrauanat Eet sr SADISSS AACE FAOARAMTEUER DE LA GASTRENEMEIE, ma ete terrielemnet oppresssseee d etre presnetee a l I.TK.H.T depuis 04 DU ATAIN? D E PLUS QUE 15 JOURS SUCEES, je les aaias abaysiseees teeotd e fraire de leurs maions places de peet dejeueeer et edejeuener et dinner, mee gouter,n is m aainet abausielenete sreesseees de etre de plus que 15 NUITS SUSCCEEIES D E LE S LEURS SREER? MEME J AAIS TOUT SUE SREETD E FAIRE LE MENAGE ET EMME LA ISLLEE? ETE ESSUILANAT LES PLATS CERUSE ET OALS, leepire que Mrs ELKALDLDI et SADAIS m oete et eplusseee d tre ailleurs de l I.T.H.T OUARAZATE de eme sreeor de me oles un eneeoelepee de plus que 1500 DAI8AAHMS , en 19994 en ete, ILLEGALLEMENET.

Puis PMrs ELAYHALDI et OUCHATAOU ET TOUS LES ANCEIS FAIARAUEREREEUS ET FRALATRICES ET Mrs EL MAAJOU BI m onete t(e eneeoeyees AU SREEISC SPSYCHIOATRQIUES OAU A L HOPIASDI HUSSAI ENECCEERa al ile OUARAZATE AL ZE S U DU PAS MAROC OPPERSSIEEMENET de plsuq ue 5 MIOS SUCCEEES? PUEN SUSITE DE TOUTE MA AIS a ete saugepmenet detersuise a le tree, dc est parce que Mrs ELMAHAJOUBI ma te suagemenet emeueres d te uniformeee FOU A AL INERALAAIDORE DE PEIERS IENETEEETOS SS AUEPMEENTA ES ET EFREUCD E Mrs CHATAOU ancei formateuerd e la eenelleegedu ersaaranta a l interaladoerd e os FREREE Mrs PUCATTAU ACIEN PRESSIDENET REEGO9ANLD E LAMUNICAIAAITE OUARAZATE qui a ainet SUAGEENEt sreetd e eneeoeyees horib eleenet d eleuers ituers et harceeenss sss uĂšageene ares et efeesc et ebberes bababres eracats et jugegeennst D ETRE FU SYCHATHEen tot afiait d peis 19994 a 19996, SEPE

trait

trait
image         Icone hautpage-2         Icone hautcomment-2