Page imprimée: (www.trazibule.fr/pretention.php)

Quelle prétention ! vouloir écrire une constitution …


Oui c’est très prétentieux, mais pourquoi pas ? Après tout, les politiques m’ont bien demandé à moi, personnellement de juger de la qualité de ce qu’ils proposaient? Ils ont même posé la question à toute la population !

Si d’après eux, je suis compétent pour juger de leur projet, je devrais donc l’être aussi pour proposer ma propre solution.

Je ne suis pas juriste, ni économiste, ni politique, ni syndicaliste, ni scientifique, ni journaliste, ni salarié, ni patron, ni agriculteur, ni sociologue…. Je suis hors de toutes ces chapelles, pourtant toutes m’intéressent, je revendique donc être à l'une des meilleures places précisément, pour synthétiser un texte qui est destiné à être la règle du jeu que jouent ensembles tous ces acteurs pour constituer une société où chacun se doit de trouver sa place pour le bien-être de tous.

Je ne pense pas non plus qu’une constitution doive être l’œuvre d’érudits, comment jouer ensemble une partie dont seuls certains joueurs connaîtrait la subtilité complexe des règles ? Il faut chercher des règles simples, mais que c’est compliqué de faire simple, il est plus facile de faire compliqué! La société étant quand même très complexe, il y aura forcément des difficultés.

Je n’ai qu’un regret pour le moment, je suis seul : Et je ne pense pas qu’une constitution soit l’œuvre d’un solitaire, ce devrait être par définition le résultat d’un collectif très varié. Elle se doit de fixer des règles où même le plus inculte des citoyens y trouve le droit de vivre et d’évoluer. Si elle oublie cela, elle le rejette hors de ses lois, et génère donc elle-même sa délinquance.

Alors convaincu de l’urgence du projet, je lance cette bouteille à la mer avec tous mes brouillons, rien n’est fini, et je retouche en permanence ce qui est proposé.

A vous y trouverez des idées peut-être, des absurdités certainement, mais, bizarre, mes « absurdités » ne sont pas les mêmes pour tout le monde…

Je ne revendique aucune paternité de mes idées, je ne fais que rassembler parmi mes observations, lectures, dialogues ce qui me convient.

J’ignore si quelqu’un me lit mais si quelqu’un me répond alors ce projet de constitution ne sera plus le mien mais le notre.

Page écrite le 20-01-2007

Commentaires et dialogues pour cette page