Page imprimée: Après un premier tour de présidentielles. (www.trazibule.fr/premier-tour.php)

Brouillons pour un projet de constitution



Après un premier tour de présidentielles.



Face à 5 ans de Sarkosysme, (additionné à l’immobilisme de Chirac) chômage, dette, scandales, stigmatisations et dégradations de tous services publics, mensonges (pouvoir d’achat, république irréprochable, etc ) sans compter des atteintes sans vergogne à la constitution, les électeurs avaient le choix pour protester, de droite ou de gauche avec le risque de s’éparpiller dans des voies différentes ou d’assurer un changement timide avec un PS qui pourtant ne semble apporter guère de nouveautés. Alors piloté par les sondages les médias et le vote utile, les électeurs ont choisi chacun leur moins pire… Au second tour, les mésalliances fonctionnent à contre cœur, entre ceux qui veulent avant tout un chef qui les défendent (la peur est mauvaise conseillère) et ceux qui considère que le partage est redevenu nécessaire, (mais avec le pillage des financiers, plus rien à partager) le choix reste simpliste, les reports de voix logiques mais sans conviction.

Reste le plus important : les grands problèmes qui ne seront pas résolus, même pas débattus, l’économie continuera sa déliquescence et ses injustices, l’écologie continuera de lancer des cris d’alarme dans l’indifférence générale. Le peuple sera encore plus déçu de ces politiques impuissants dans un système aux règles perverties.

Alors je suis pessimiste sur l’avenir

Tant que ne seront pas changé les fondamentaux économiques :

Le droit de propriété sans devoirs ni limites Le prélèvement d’intérêts bancaires qui appauvri le pauvre et enrichi le riche La monnaie fiduciaire qui impose de fait une confiance obligatoire envers ceux qui la gèrent.

Tant que ne seront pas changé les fondamentaux de l'éthique :

Privilégier le verbe être et non celui d’avoir. Choisir l’émulation et non la compétition. Découvrir que notre sécurité dépend de la qualité de vie de tous nos voisins.

Tant que ne seront pas changé les fondamentaux du travail :

Produire des objets pour leur utilisation et non des marchandises pour leur marge Produire plus dans un monde fini mène forcément à l’impasse, il faut produire mieux et moins Une entreprise doit avoir une utilité sociale, pas une rentabilité comptable. Et surtout la logique de la solidarité sociale doit quitter le seul salariat pour s’appliquer à toute la commercialisation

Tant que ne seront pas changées les règles démocratiques :

Séparation des pouvoirs médiatiques et des pouvoirs économiques du pouvoir exécutif Un engagement contractuel et responsable des élus, assermentés, et révocables, un réel pouvoir aux citoyens, associations, référendums, démocratie en entreprises, séparations de pouvoirs dans les instances régionales.

Oui cela fait beaucoup de changements, mais commençons déjà par un choisir au moins un ! Les autres suivront, sinon il est totalement utopique de croire que nous pourrons continuer comme cela. Alors les crises ont s’aggraver.

Page écrite le 23-04-2012