Page imprimée: Les mutuelles, ou comment detruire la sécurité sociale ?comm=0 (www.trazibule.fr/mutuelles-secu.php)

Brouillons pour un projet de constitution



Sécurité sociale et mutuelles


Nous avons mis au point en France une sécurité sociale, qui permet à chacun d’être solidaire par ses cotisations salariales ce qui lui permet en échange d’être soigné par la collectivité. Ces soins n’étant pas parfaits certains préfèrent ajouter le confort d’une mutuelle. Jusque là pas de problème.

Mais la sécurité sociale rencontre des difficultés croissante, alors l’état réduit les aides médicales, ce qui pousse les salariés à se retrouver de plus en plus entrainés à prendre une mutuelle.

Là je commence à ne moins être d’accord, car les mutuelles sont la négation de la solidarité puisqu’elles sont plus ou moins chères et plus ou moins efficaces, on retrouve peu à peu cette médecine à plusieurs vitesses qui est une inégalité de soins en fonction de la richesse contraire à l’esprit initial de notre constitution.

Ensuite les mutuelles sont soumises au même régime que les assurances privées, cela nie l’esprit de solidarité institué par la sécurité sociale. Ainsi les mutuelles se voient imposer de se garantir par des capitaux ce qui s’approche du système des fonds de pensions qui sont en train de détruire l’économie mondiale par une immobilisation d’énormes masses monétaires. Nous quittons peu à peu notre système par solidarité vers un système de plus en plus par capitalisation. Là je ne suis plus du tout d’accord.

Je sais certaines mutuelles sont gérées de façon démocratique par leurs propres adhérents, il reste que leur principe de fonctionnement est soumis aux lois économiques du secteur privé qui n’ont aucune considération pour les priorités de solidarité.

Après des entreprises imposent de plus en plus les mutuelles parfois avec l’aide des syndicats, au point que certaines rendent obligatoire de prendre même une mutuelle particulière. Cette obligation entérine le fait que la sécurité sociale ne fait pas son travail, au lieu de corriger le problème cela conduit à payer deux fois sa protection de santé. Là je commence à me fâcher, et je n’admets pas qu’on puisse imposer des prélèvements sur salaire au profit d’un organisme plus ou moins privé, qui n’est pas solidaire puisqu’il est sélectif de ses seuls cotisants et défini une qualité sélective de soins et de remboursements médicaux. Surtout que les cotisations de la sécurité sociale ne baissent pas pour autant en compensation.

Enfin, l’état offre à toute occasion dès qu’un problème survient un allègement des charges sociales, aux pécheurs, aux agriculteurs, aux entreprises en difficultés, cela impose aux autres de payer plus car l’état ne compense pas vraiment ces cadeaux et les fait payer par les autres travailleurs qui se retrouvent donc à leur tour eux-mêmes en difficultés. Le pire est que les comptes de la sécurité sociale affichent un tel déficit que l’état pourra enfin dire que ce système n’est plus viable et pourra le confier aux assurances privées qui offriront généreusement de le sauver à leur manière, c'est-à-dire en sachant gagner de l’argent en sélectionnant les bons services et en fermant les moins rentables, ce qu’on comment à faire avec les cliniques et les hôpitaux. Cette mort de la sécurité sociale programmée au profit des rapaces de la finance me fait hurler à la trahison !

En comparaison, avez-vous vu ce que sont devenus les tarifs des trains aujourd’hui ! Personnellement je regrette ces trains qui roulaient jour et nuit qu’on pouvait prendre sans être obligé de prévoir plusieurs heures ou jours à l’avance, dont le prix était fixé au kilomètre donc avec un horaire et un coût prévisible.

Avez-vous vu comment l’état après avoir déjà fait remboursé de multiples fois par le péage les autoroutes déjà financées par les citoyens, les ont offert au privé (leurs amis) pour un prix dérisoire sans que ce péage soit pour autant abaissé mais au contraire augmenté au mépris de toute justice.

Avez-vous vu ce que deviennent les services postaux ? Je regrette cette ancienne rigueur de la distribution du courrier dont le cachet faisait foi ! Il était distribué et relevé plusieurs fois par jour à tous et dans tout le pays. Aujourd’hui si les entreprises payent elles sont servies et encore avec une qualité très dégradée et celui qui n’est pas situé où il faut, devient de plus en plus abandonné par ce service devenu de plus en plus privé.

Alors imaginez quelle médecine nous aurons quand la sécurité sociale sera achevée par la volonté de l’état et bradée pour un prix dérisoire aux capitaux privés ? Et rappelez-vous que ce n’est pas pour autant que vous ne payerez pas vos charges sociales !

L’existence même des mutuelles est l’outil facile mis en place par l’état pour glisser progressivement vers cette dérive de privatisation, alors même si apparemment vous y trouvez très égoïstement votre compte, méfiez vous du piège surtout quand je soupçonne ceux qu’on appelle « syndicats » d’une tentation lucrative de gérer eux-mêmes ces mutuelles.

La solidarité est un des fondements de la république, trahir cette notion de solidarité est un crime de haute trahison contre cette république. Ceux qui œuvrent vers cette trahison ne méritent plus de nous diriger c’est notre devoir de les destituer.

Page écrite le 02-05-2010